L'immortalité de l'âme - et le judaïsme, qu'en pense-t-il ?

Les croyances des Témoins de Jéhovah.
Répondre
Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 juil. 2007 04:03

Message par Thiebault

La terminologie est platonicienne, la pensée ne l'est pas. C'est bien là l'essentiel.

Quant à l'âme qui désignerait l'être vivant dans sa globalité, je n'en disconviens pas. Cependant, il est intéressant de noter que le passage en Ge 2; 8 (selon la disposition hébraïque), le concept "nèphèsh" en tant que "âme" n'apparaît pas. L'homme, devenu un être vivant, est par conséquent bien désigné comme être vivant par le concept "nèphèsh 'rayah".

Bien entendu, "nèphèsh" utilisé sans "'rayah" peut parfois désigner la globalité de l'être vivant mais ce n'est qu'une figure de style dans ce cas. La vraie terminologie pour "être vivant", dans la Bible, c'est "nèphèsh 'rayah".

Fraternellement,

Thiebault

Didier

Avatar du membre

Messages : 262
Enregistré le : 25 sept. 2003 15:55
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 01 juil. 2007 05:25

Message par Didier

Thiebault a écrit :Bien entendu, "nèphèsh" utilisé sans "'rayah" peut parfois désigner la globalité de l'être vivant mais ce n'est qu'une figure de style dans ce cas. La vraie terminologie pour "être vivant", dans la Bible, c'est "nèphèsh 'rayah".
Thiebault, savez-vous que l'expression nèphèsh hayyah ne se rencontre dans l'Ancien Testament que seulement 13 fois?

Vous en trouverez les occurences dans les textes suivants:

Genèse 1:20; 1:21; 1:24; 2:7; 2:19; 9:10; 9:12; 9:15; 9:16; Exode 20:17; Lévitique 11:10; 11:46; Ezékiel 47:9

Par contre, le mot nèphèsh, employé seul pour désigner la personne dans son intégralité, se rencontre bien plus fréquemment. Vous pouvez le constater en consultant les passages suivants:

Gen. 14:21; 36:6; 46:18; 46:22; 46:25; 46:26; 46:27; Ex. 12:4; 12:15; 12:16; 12:19; 16:16; Lév. 4:2; 4:27: 5:1; 5:2; 5:4; 5:15; 5:17; 6:2; 7:18; 7:20; 7:2; 7:25; etc ...

Vous pourrez trouver de nombreuses autres occurences de ce mot, employé seul pour désigner la personne entière, en consultant la concordance de Strong (code 5315). Vous pourrez aussi vérifier que le terme hayyah n'est employé avec néphèsh que 13 fois seulement pour désigner l'"âme vivante".

Ainsi, la terminologie la plus usuelle qu'emploie la Bible pour désigner la personne tout entière correspond au mot nèphèsh (employé seul) et non l'expression "nèphèsh hayyah".

Bien cordialement,

Didier
Image

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 juil. 2007 10:27

Message par Thiebault

Je conçois aisément et sans que cela ne remette en doute la conception que je me fais de l'âme, que l'être vivant (humain ou bestial) puisse être appelé une "âme" et que cette appellation englobe toute sa personne.

Cependant, cette analogie ne permet pas de dénier à l'âme des qualités intrinsèques et qu'elle puisse être dissociée du corps et de l'esprit.

Ainsi, le corps est une réelle création de Dieu, matérialité exogène de Dieu. L'âme, par contre, qu'Il nous a insufflée, est endogène au Seigneur. Elle vient de Lui, de Son Être. C'est ce qui nous permet de vivre, au final, du moins sur la terre.

Par là, l'âme étant divine et venant de Dieu, elle est immortelle et éternelle. C'est un discours logique et censé. Mais non révélé par la Bible.

Croyez-vous cependant que cette démonstration puisse tenir la route ? Si non, pourquoi ?

Fraternellement,

Thiebault

Irmeyah

Avatar du membre

Messages : 1971
Enregistré le : 10 juil. 2006 06:31

Ecrit le 01 juil. 2007 11:02

Message par Irmeyah

Encore cette immanence proche de l'animisme ... pas grand chose à voir avec la Bible, et même franchement incompatible ...
TJ baptisé actif -
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. - Jean Jaurès

Didier

Avatar du membre

Messages : 262
Enregistré le : 25 sept. 2003 15:55
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 01 juil. 2007 11:17

Message par Didier

Thiebault a écrit :Par là, l'âme étant divine et venant de Dieu, elle est immortelle et éternelle. C'est un discours logique et censé. Mais non révélé par la Bible
Thiebault, si vous reconnaissez que votre "discours logique et censé" n'est pas "révélé par la Bible", c'est qu'il se fonde sur la sagesse des hommes, et non celle de Dieu. Qu'est-ce qui vous importe le plus? La pensée de Dieu sur l'âme humaine, ou celle qu'ont pu émettre certains philosophes grecs de l'antiquité?

Pourquoi n'examineriez-vous pas en profondeur cette question avec les Témoins qui vous rendent visite?
Image

Didier

Avatar du membre

Messages : 262
Enregistré le : 25 sept. 2003 15:55
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 01 juil. 2007 11:57

Message par Didier

Thiebault a écrit :Croyez-vous cependant que cette démonstration puisse tenir la route ? Si non, pourquoi ?
La véritable question, Thiebault, n'est pas de savoir si cette démonstration "tient la route", mais de se demander si elle s'harmonise avec ce que la Parole de Dieu enseigne à ce sujet.

La seule fois, dans la Bible, où le mot "immortalité" se rapporte à l'homme, c'est lorsque Paul expose son discours sur la résurrection (1 Corinthiens chap. 15).

"Il faut en effet que ceci qui est corruptible revête l’incorruptibilité, et que ceci qui est mortel revête l’immortalité. Mais lorsque [ceci qui est corruptible revêtira l’incorruptibilité, et que] ceci qui est mortel revêtira l’immortalité, alors ce sera cette parole qui est écrite : “ La mort est engloutie pour toujours" - 1 Cor. 15:53,54; MN.

La seule fois dans ce chapitre où le mot "âme" apparait, c'est quand Paul cite Genèse 2:7 : "C’est même écrit ainsi : “ Le premier homme Adam devint une âme [grec: psukhên ] vivante." - 1 Cor. 15:45. L'âme désigne ici la personne entière. Paul emploie également un terme apparenté, psukhikos, lorsqu'il écrit: "Il est semé corps physique [grec psukhikon], il est relevé corps spirituel. S’il y a un corps physique [grec psukhikon, il y a aussi un [corps] spirituel. (...) Toutefois, le premier est non pas ce qui est spirituel, mais ce qui est physique [grec psukhikon], ensuite ce qui est spirituel" - 1 Cor. 15:44-46. Nulle part dans ces versets l'âme n'est associée à la notion d'immortalité. Paul montre plutôt que cette notion se rapporte à la résurrection des morts, qui était encore à venir:

"Car la trompette sonnera, les morts ressusciteront incorruptibles et nous, nous serons tranformés. Il faut en effet que cet être corruptible revête l'incorruptibilité, et que cet être mortel revête l'immortalité" - 1 Cor. 15:52,53; TOB.

Quand l'immortalité sera-t-elle revêtue par les morts? Paul explique que cela aura lieu à la résurrection, "lors de sa venue [grec : parousia]":

"Comme tous meurent en Adam, en Christ tous recevront la vie; mais chacun à son rang: d'abord les prémices, Christ, puis ceux qui appartiennent au Christ, lors de sa venue" - 1 Cor. 15:22,23; TOB.

Comprenez-vous, Thiebault, pourquoi la conception grecque de l'immortalité de l'âme est incompatible avec le véritable christianisme tel qu'il est décrit dans la Bible?

Votre démonstration, si elle paraît séduisante, ne s'accorde toutefois pas avec les renseignements d'inspiration divine que nous procure la Parole de Dieu. La question est donc bien la suivante: Qu'est-ce qui vous importe le plus? Un raisonnement humain qui vous conforte dans l'idée que vous souhaitez vous faire de l'âme humaine? Ou plutôt ce qu'enseigne la Parole inspirée de Dieu à ce sujet?
Image

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 juil. 2007 14:21

Message par Thiebault

Didier a écrit : Thiebault, si vous reconnaissez que votre "discours logique et censé" n'est pas "révélé par la Bible", c'est qu'il se fonde sur la sagesse des hommes, et non celle de Dieu. Qu'est-ce qui vous importe le plus? La pensée de Dieu sur l'âme humaine, ou celle qu'ont pu émettre certains philosophes grecs de l'antiquité?

Pourquoi n'examineriez-vous pas en profondeur cette question avec les Témoins qui vous rendent visite?
La dernière fois que les témoins sont venus chez moi (samedi 23 juin), il y avait un missionnaire parmi eux. Certes, j'ai pris cela comme un honneur. Il a même été jusqu'à proposer que mon témoin habituel repasse me déposer le livre sur l'interprétation des Ecritures. Ça fait 8 jours que j'attends impatiemment après ce livre. Je n'ai jamais rien demandé, même pas la version de la TMN. Mais j'avais quand même montré de l'enthousiasme lorsqu'il m'a demandé si ce livre m'intéresserait...

Bref, tout ça pour vous dire, cher Didier, que je doute fortement des capacités des témoins qui me rendent visite de me répondre. Hormis impresionner avec les références de certains passages mémorisés, je constate qu'on tourne très vite en rond avec les témoins de Jehovah (que je trouve sympathiques, dans la réalité, au demeurant).

Il ne s'agit pas de devoir faire un choix entre l'enseignement de la Bible ou une pensée purement humaine, dans le cas qui nous concerne (l'immortalité de l'âme). La Bible est une inspiration de Dieu en ce qui concerne l'AT et une révélation, voire une annonce, en ce qui concerne le NT. L'homme doit être capable et doit avoir la démarche de pouvoir interpréter les Ecritures, qui sont non accessibles d'emblée au profane. Il s'agit d'un texte sacré, qui impose une réflexion poussée. Jésus, Lui-même, ne parlait-il pas en paraboles (en images) et ne devait-Il pas expliquer aux disciples le contenu de ces paraboles ?

Tout n'est pas dévoilé, tout n'est pas net dans la Bible. Il y a une grande part de Mystère que nous, humains, ne pouvont totalement déceler.

Quand je tiens un raisonnement logique à la lumière des Ecritures, croyez-vous vraiment que je sois dans l'abandon de Dieu, de Sa Parole, au profit d'une philosophie humaine ? Je ne pense pas que les deux soient inconcilables. La philosophie, qu'elle soit platonicienne, aristotélicienne ou hégélienne, est intéressante à la formation de l'étudiant en théologie. Ne fût-ce qu'au niveau du vocabulaire. Par exemple, Irmeyah fustige l'immanence sans savoir ce que c'est et en prétendant qu'il s'agit d'une rémanence païenne... Tout cela, parce qu'il oppose inévitablement, fatalement, l'immanence à la transcendance. La philosophie est une gymnastique bien plus subtile que cela...

Avant d'être convaincu par un homme que sa religion est la bonne, je dois d'abord me convaincre MOI-MÊME, en invoquant l'aide de Dieu, que celle en laquelle je crois est fausse.

Quand je vois certains chrétiens, catholiques dans tous les cas, qui ont donné leur vie par charité, par amour (le Père Damien, l'abbé Pierre, Mère Théresa, Soeur Emmanuelle, le Père Gilbert, etc) je me dis qu'un catholique sincère est dans la vérité. Dans les grands humanitaires de ce siècle, pas un n'est protestant, pas un n'est orthodoxe, pas un n'est témoin de Jehovah, pas un n'est bouddhiste : ils sont TOUS catholiques.

Fraternellement,

Thiebault

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 juil. 2007 14:31

Message par Thiebault

Didier a écrit :Comprenez-vous, Thiebault, pourquoi la conception grecque de l'immortalité de l'âme est incompatible avec le véritable christianisme tel qu'il est décrit dans la Bible?

Votre démonstration, si elle paraît séduisante, ne s'accorde toutefois pas avec les renseignements d'inspiration divine que nous procure la Parole de Dieu. La question est donc bien la suivante: Qu'est-ce qui vous importe le plus? Un raisonnement humain qui vous conforte dans l'idée que vous souhaitez vous faire de l'âme humaine? Ou plutôt ce qu'enseigne la Parole inspirée de Dieu à ce sujet?
D'autres passages postulent l'immortalité de l'âme :

Ecclésiaste 3; 11 : "Il fait toute chose belle en son temps ; à leur coeur il donne même le sens de la durée sans que l'homme puisse découvrir l'oeuvre que fait Dieu depuis le début jusqu'à la fin."

Luc 16; 22-31 : immortalité de l'âme et continuité d'une forme de vie au Shéol.

Ainsi, Ecclésiaste 9; 6 indique que l'homme ne reviendra jamais "sous le soleil" (entendu : sur la terre). Pourtant, les témoins de Jehovah postulent que le paradis sera terrestre !

Thierry


Messages : 413
Enregistré le : 04 juil. 2005 09:29

Ecrit le 01 juil. 2007 15:37

Message par Thierry

Thiebault a écrit :Ecclésiaste 3; 11 : "Il fait toute chose belle en son temps ; à leur coeur il donne même le sens de la durée sans que l'homme puisse découvrir l'oeuvre que fait Dieu depuis le début jusqu'à la fin."
Je serais intéressé de savoir comment vous expliquez que cela plaide en faveur de l'immortalité de l'âme!
Thiebault a écrit :Luc 16; 22-31 : immortalité de l'âme et continuité d'une forme de vie au Shéol.
L'impossibilité de tirer une conclusion en faveur de l'immortalité de l'âme a déjà été exposée.. Inutile donc de mentionner à nouveau ce passage à moins d'y apporter des points de réflexion nouveaux réfutant mes arguments.
http://www.jehovah.forum-religion.org/p ... ht=#260090
Thiebault a écrit :Ainsi, Ecclésiaste 9; 6 indique que l'homme ne reviendra jamais "sous le soleil" (entendu : sur la terre). Pourtant, les témoins de Jehovah postulent que le paradis sera terrestre !
Le verset parle de la position de celui qui est mort. Tant qu'il reste mort le verset s'applique... indéfiniment pour certains.

Le verset 5 contredit sans détour votre tentative d'utiliser le verset 6 pour tenter de justifier l'immortalité de l'âme:
En effet les vivants savent qu’ils mourront ; mais les morts, eux, ne savent rien
voir aussi:
(Psaume 115:17) Ce ne sont pas les morts qui louent Yah, ni aucun de ceux qui descendent au silence.
(Psaume 146:4) Son esprit sort, il retourne à son sol ; en ce jour-là périssent ses pensées.
(Isaïe 38:18) Car ce n’est pas le shéol qui peut te louer ; la mort ne peut pas te célébrer. Ceux qui descendent dans la fosse ne peuvent se tourner avec espoir vers ta fidélité.
(Jean 11:11) Il dit ces choses, et après cela il leur dit : “ Lazare notre ami s’est endormi, mais je vais là-bas pour le réveiller de son sommeil. ”
Thierry
-
Témoins de Jéhovah de A à Z
http://www.euaggelion2414.com/

martial

Avatar du membre

Messages : 772
Enregistré le : 30 mars 2007 03:34
Localisation : picardie

Ecrit le 01 juil. 2007 15:41

Message par martial

Satan n'est jamais plus diabolique que quand il se montre la Bible à la main... surtout celle qui est la Parole truquée de Dieu.
"la Vérité vous rendra libre"

Thierry


Messages : 413
Enregistré le : 04 juil. 2005 09:29

Ecrit le 01 juil. 2007 16:40

Message par Thierry

martial a écrit :Satan n'est jamais plus diabolique que quand il se montre la Bible à la main... surtout celle qui est la Parole truquée de Dieu.
Pour l'instant la seule personne dont on a démontré qu'elle se servait de citations truquées c'est VOUS! Ne l'oubliez pas monsieur l'accusateur.
Jean 8:44
Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n'était pas établi dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu'il est menteur et père du mensonge. (version Jérusalem)
Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.(Louis Second)
Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n'a pas persévéré dans la vérité, car il n'y pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge.(Darby)
Thierry
-
Témoins de Jéhovah de A à Z
http://www.euaggelion2414.com/

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 juil. 2007 16:46

Message par Thiebault

Thierry a écrit :Je serais intéressé de savoir comment vous expliquez que cela plaide en faveur de l'immortalité de l'âme!
L'homme a la conviction, car Dieu l'a révélé, qu'il est, en quelque sorte, immortel. Par l'âme, du moins. Le corps est poussière et il redeviendra poussière. L'âme est de source divine et donc éternelle et immortelle.

Cette durée, que Dieu a mise dans le coeur des hommes, est cette éternité dont l'homme a conscience.
Thierry a écrit :L'impossibilité de tirer une conclusion en faveur de l'immortalité de l'âme a déjà été exposée.. Inutile donc de mentionner à nouveau ce passage à moins d'y apporter des points de réflexion nouveaux réfutant mes arguments.
http://www.jehovah.forum-religion.org/p ... ht=#260090
Mais qui parle d'enfer, qui parle de flammes ? Les gens qui descendent au Shéol sont ceux qui n'ont pas encore subi le jugement de Dieu ! Il n'y a ni châtiment à cet endroit, ni rétribution ! C'est une étape qui mènera soit à la vie éternelle, soit à la mort éternelle.

Vouis confondez Shéol et enfer (qui peut ne pas être réellement un enfer de flammes mais simplement les tourments de la séparation d'avec Dieu). Rassurez-moi, Thierry : vous ne croyez pas à cette image de Satan "Lucifer", gardien d'un endroit où règnent flammes et châtiments corporels infligés par les anges déchus ? Croyez-vous que lorsque Dieu aura vaincu Satan, Il se contentera de le confiner dans un endroit où il pourra s'adonner librement à ses pratiques préférées ? Il sera détruit, et l'enfer n'existera pas plus que n'existent les limbes ! Et si l'enfer n'existera pas, il existe d'ores et déjà beuacoup moins...
Thierry a écrit :Le verset parle de la position de celui qui est mort. Tant qu'il reste mort le verset s'applique... indéfiniment pour certains.

Le verset 5 contredit sans détour votre tentative d'utiliser le verset 6 pour tenter de justifier l'immortalité de l'âme:
En effet les vivants savent qu’ils mourront ; mais les morts, eux, ne savent rien
Cruel manquement exégétique : ce verset indique seulement que si le vivant sait qu'il mourra, le mort ne sait pas s'il aura droit à la vie éternelle ou non. Nous savons que nous allons vers une étape, à coup sûr. Mais quand nous y sommes, nous ne savons pas quel sera notre futur. Voilà pourquoi nous ne savons "rien" lorsque nous sommes "morts".
Thierry a écrit :voir aussi:
(Psaume 115:17) Ce ne sont pas les morts qui louent Yah, ni aucun de ceux qui descendent au silence.
Voilà qui contredit votre thèse soutenant que l'homme pourra se convertir face à Dieu, après la résurrection. C'est mon témoin qui l'a soutenue devant moi...
Thierry a écrit :(Psaume 146:4) Son esprit sort, il retourne à son sol ; en ce jour-là périssent ses pensées.
Comment interpréter cela ? Est-ce bien important ? Cela veut-il dire que les morts ne se soucient plus de ceux qui restent "sous le soleil" et qu'ils ne se soucient plus de ce qui va leur arriver ? Je pense que c'est plausible. Une fois mort, l'âme n'a plus la possibilité de revenir en arrière et de changer la ligne de conduite qu'elle a suivie durant sa vie terrestre. C'est la responsabilisation de cette vie terrestre qui, à mon sens, est d'une logique implacable. C'est de notre vivant qu'il faut prendre ses responsabilités. On ne loue plus Dieu, du moins si on ne L'a pas loué durant notre vie terrestre. Si jamais on ne le louait plus, même en L'ayant loué de notre vivant, cela voudrait dire que notre attitude terrestre resterait comme figée et comme "acquise" pour comparaître devant notre Juge : Dieu.
Thierry a écrit :(Isaïe 38:18) Car ce n’est pas le shéol qui peut te louer ; la mort ne peut pas te célébrer. Ceux qui descendent dans la fosse ne peuvent se tourner avec espoir vers ta fidélité.
Même remarque que ci-plus haut.
Thierry a écrit :(Jean 11:11) Il dit ces choses, et après cela il leur dit : “ Lazare notre ami s’est endormi, mais je vais là-bas pour le réveiller de son sommeil. ”
Quand vous dormez, vous êtes mort, Thierry ?

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17661
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 01 juil. 2007 17:02

Message par medico

dans son appendice la bible de MAREDSOUS sur le mot âme dit ( en quelque rares passages tardifs, la bible envisage l'âme ( grec psychè ) comme une entité distincte du corps , siége de l'activité spirituelle de l'homme promise à une survie au-delà de la mort ' math 10:28 , 1 ths 5:23. on trouve là l'influence de la conception grecque de l'homme dualiste du composé âme-corps ; celle si se fait sentir vers le 2 e siecles av JC.)
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Didier

Avatar du membre

Messages : 262
Enregistré le : 25 sept. 2003 15:55
Localisation : France

Contact :

Ecrit le 01 juil. 2007 17:43

Message par Didier

Thiebault a écrit :D'autres passages postulent l'immortalité de l'âme :

Ecclésiaste 3; 11 : "Il fait toute chose belle en son temps ; à leur coeur il donne même le sens de la durée sans que l'homme puisse découvrir l'oeuvre que fait Dieu depuis le début jusqu'à la fin."

Luc 16; 22-31 : immortalité de l'âme et continuité d'une forme de vie au Shéol.

Ainsi, Ecclésiaste 9; 6 indique que l'homme ne reviendra jamais "sous le soleil" (entendu : sur la terre). Pourtant, les témoins de Jehovah postulent que le paradis sera terrestre !
Dans une note sur Ecclésiaste 3:11, la Bible de Jérusalem fait remarquer:

"Cette phrase n'a pas le sens qu'elle prendrait dans le vocabulaire chrétien. Elle veut dire seulement: Dieu a donné au coeur (à la pensée) de l'homme l'ensemble de la durée, il lui a permis de réfléchir sur la suite des faits et de dominer sur le moment présent. Mais l'auteur ajoute que cet aperçu est décevant: il ne révèle pas le sens de la vie".

Il n'est donc pas question ici de l'immortalité de l'âme.

Dans le chapitre "l'état des morts" de son livre Immortality or Resurrection , Samuele Bacchiocchi écrit à propos de la parabole de l'homme riche et de Lazare (Luc 16:19-31):

"Les problèmes d'une interprétation littérale: Ceux qui interprètent la parabole comme une représentation littérale de l'état de ceux qui sont sauvés et ceux qui ne le sont pas après la mort, sont confrontés à des problèmes insurmontables. Si la narration est une description actuelle de l'état intermédiaire, elle devrait être exacte dans les faits, et logique dans les détails. Mais si la parabole est figurative, alors seule la vérité morale nous concerne. Une interprétation littérale du récit s'effondre sous le poids de ses propres absurdités et contradictions, comme cela devient apparent à l'examen. (...) Une interprétation littérale de la parabole contredit certaines vérités bibliques fondamentales. Si le récit est littéral, alors Lazare reçut sa récompense et l'homme riche sa punition, immédiatement après la mort et avant le jour du jugement. Mais la Bible enseigne clairement que les récompenses et les châtiments (...) auront lieu au jour de la venue de Christ ....(Matt. 25:31-32) ... (Rév. 22:12) ...(2 Tim. 4:8). Une interprétation littérale de la parabole contredit également le témoignage uniforme de l'Ancien et du Nouveau Testaments selon lesquels les morts, aussi bien justes qu'injustes, sont couchés silencieux et inconscients dans la mort jusqu'au jour de la résurrection (Eccl. 9:5-6; Job 14:12-15,20,21; Ps. 6:5; 115:17). Une interprétation littérale contredit encore l'usage régulier du [terme] 'hades' dans le Nouveau Testament pour désigner la tombe ou le domaine des morts, et non un lieu de châtiment. Nous avons trouvé que dans 10 de ses 11 occurrences, 'hades' est explicitement relié à la mort et à la tombe.".

Enfin, nous lisons en Ecclésiaste 9:6, la traduction littérale suivante :

"De plus, leur amour et leur haine et leur jalousie ont déjà péri, et ils n’ont plus — pour des temps indéfinis — de part à quoi que ce soit qui doit se faire sous le soleil" - MN. Voir aussi Online Interlinear Hebrew Scriptures.

Ce passage n'affirme pas que les morts n'auront plus part, à jamais, à la vie sur la terre, mais que tant qu'ils demeurent dans la mort, pour des "temps indéfinis" et non forcément pour l'éternité, ils ne peuvent jouir de la vie terrestre "sous le soleil". Les Ecritures montrent à l'évidence qu'il y aura une résurrection terrestre, et que des milliards de morts reviendront à la vie sur la terre. Par contre, en attendant leur résurrection, ces humains sont inconscients dans la mort, "car il n'y a ni oeuvre, ni plan, ni connaissance, ni sagesse dans le shéol, le lieu où tu vas" - Ecclésiaste 9:10.
Image

Thierry


Messages : 413
Enregistré le : 04 juil. 2005 09:29

Ecrit le 02 juil. 2007 07:25

Message par Thierry

(Jean 11:11) Il dit ces choses, et après cela il leur dit : “ Lazare notre ami s’est endormi, mais je vais là-bas pour le réveiller de son sommeil. ”
Thiebault a écrit :Quand vous dormez, vous êtes mort, Thierry ?
Un tout petit peu de bon sens s'il vous plait Thiebault

(Jean 11:11,13) Il dit ces choses, et après cela il leur dit : “ Lazare notre ami s’est endormi, mais je vais là-bas pour le réveiller de son sommeil.
Jésus avait parlé de sa mort, mais eux pensèrent qu'il parlait du repos du sommeil.
Thierry
-
Témoins de Jéhovah de A à Z
http://www.euaggelion2414.com/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité