Qui est notre prochain ?

Les croyances des Témoins de Jéhovah.
Répondre
medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17733
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 22 oct. 2007 07:16

Message par medico

ou j'ai dit que c'est une question de race ?
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

ASSAD

Avatar du membre

Messages : 131
Enregistré le : 25 avr. 2007 11:03

Ecrit le 22 oct. 2007 07:46

Message par ASSAD

Ici
medico a écrit :la majorité des samaritains n'était pas d'origine juive tout simplement et cela explique tout .
le 8eme post.

Irmeyah

Avatar du membre

Messages : 1971
Enregistré le : 10 juil. 2006 06:31

Ecrit le 22 oct. 2007 09:46

Message par Irmeyah

Les Juifs du Ier siècle nourrissaient une réelle antipathie à l’égard des Samaritains, peuple qui vivait entre la Judée et la Galilée. Un jour, des adversaires juifs ont demandé d’un ton méprisant à Jésus: “N’avons-nous pas raison de dire: Tu es un Samaritain et tu as un démon?” (Jean 8:48). Si fort était le sentiment anti-samaritain que certains Juifs allaient jusqu’à maudire publiquement les Samaritains dans les synagogues et à prier quotidiennement pour que les Samaritains ne reçoivent pas la vie éternelle.

Sans doute est-ce cette haine fortement enracinée qui a poussé Jésus à énoncer la parabole du Samaritain. En prenant soin d’un Juif battu par des voleurs, cet homme s’est montré véritablement son prochain. Comment Jésus aurait-il pu répondre au Juif versé dans la Loi mosaïque qui lui demandait: “Et qui est mon prochain?” (Luc 10:29). Il aurait pu le faire directement, en disant: ‘Ton prochain, ce n’est pas seulement ton compagnon juif, mais aussi d’autres personnes, et même un Samaritain.’ Cependant, les Juifs auraient eu du mal à accepter cette idée. Aussi a-t-il énoncé une parabole parlant d’un Juif qui avait bénéficié de la miséricorde d’un Samaritain. Jésus a ainsi aidé ses auditeurs juifs à tirer cette conclusion: le véritable amour du prochain devait s’étendre aux non-Juifs.

Jésus n’avait rien contre les Samaritains. Un jour qu’il traversait la Samarie, il s’est reposé près d’un puits pendant que ses disciples allaient chercher de la nourriture à la ville voisine. Une Samaritaine s’étant approchée pour puiser de l’eau, il lui a dit: “Donne-moi à boire.” Comme les Juifs n’avaient pas de relations avec les Samaritains, elle lui a demandé: “Comment se fait-il que toi, qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi qui suis une femme samaritaine?” Jésus lui a alors donné le témoignage, et lui a même dit ouvertement qu’il était le Messie. Aussitôt, elle s’en est allée à la ville et elle a appelé d’autres habitants pour qu’ils viennent l’entendre. En conséquence, “un bon nombre des Samaritains de cette ville eurent foi en lui”. Ce beau résultat a été obtenu parce que Jésus ne s’est pas laissé enfermer dans la mentalité qu’avaient les Juifs de son époque. — Jean 4:4-42.
TJ baptisé actif -
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. - Jean Jaurès

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités