Devons nous prier JESUS à l'identique que DIEU Le PERE ?

Forum : Discutions libres
Répondre
la_trinite_sainte

Avatar du membre

Messages : 463
Enregistré le : 14 août 2007 00:10
Localisation : Sous l'Oeil du seul vrai DIEU ==> JESUS

Devons nous prier JESUS à l'identique que DIEU Le PERE ?

Ecrit le 29 déc. 2007 02:33

Message par la_trinite_sainte

Dans le prologue de JEAN et ailleurs il est indiqués que Le FILS et tourné vers Le PÈRE depuis toujours.

Ma prière doit elle être tournée vers Le PÈRE et Le FILS ?
Image <<=== Site Catholique.
BLOG : http://jesusvraidieu.skyrock.com/ FORUM : http://forum-religions.comHébreux 1-6 : Que tous les anges de Dieu adorent Jésus ! voir TMN 1963

Irmeyah

Avatar du membre

Messages : 1971
Enregistré le : 10 juil. 2006 06:31

Ecrit le 29 déc. 2007 05:16

Message par Irmeyah

De la même manière que Jésus n'a jamais indiqué à ses disciples qu'il était Dieu, Jésus n'a jamais indiqué qu'il fallait le prier, lui, mais uniquement son Père, Dieu.
TJ baptisé actif -
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. - Jean Jaurès

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 30 déc. 2007 05:27

Message par Sammy

Erreur : Jésus a bel et bien indiqué qu'il est Dieu.
Je vous renvoie à un très bon livre : "Le manuel du traducteur - l'´vangile selon Jean". Jean, chapître 8, verset 24 : "Si vous ne reconnaissez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés."

Or, JE SUIS est mentionné en Exode 3,14 : "EYEH ACHER EYEH" : "JE SUIS QUI JE SERAI" (traduisible de différentes manières, étant donné les rapports entre parfait et imparfait hébraïques).

Eloquence

Avatar du membre

Messages : 306
Enregistré le : 16 nov. 2007 16:19

Ecrit le 30 déc. 2007 07:47

Message par Eloquence

Sammy a écrit :Erreur : Jésus a bel et bien indiqué qu'il est Dieu.
Je vous renvoie à un très bon livre : "Le manuel du traducteur - l'´vangile selon Jean". Jean, chapître 8, verset 24 : "Si vous ne reconnaissez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés."

Or, JE SUIS est mentionné en Exode 3,14 : "EYEH ACHER EYEH" : "JE SUIS QUI JE SERAI" (traduisible de différentes manières, étant donné les rapports entre parfait et imparfait hébraïques).
Juste cela justifie le culte de la trinité?Il a dit "Si vous ne reconnaissez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés." Que je suis le messie....
pourquoi Jésus a prier Dieu si ils sont un?
Jean 13:34"Par là tous sauront que vous etes mes disciples,si vous avez de l'amour entre vous"
Révélation 21:14“ La mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ”
Jacques 2:19” Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Et pourtant les démons croient et frissonnent"

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 30 déc. 2007 08:01

Message par Sammy

Cela ne justifie pas le "culte" de la Trinité. Il s'agit d'une référence biblique qui atteste la Trinité. Distinguez-vous la nuance ?

Expliquez-moi comment vous déterminez avec certitude que Jésus dit "QUE JE SUIS [le messie]" ! Votre parallèle sera bien plus difficile à prouver que le mien car le mien n'exige rien d'implicite que seule l'imagination débordante peut concevoir.

Votre question sur la prière de Jésus adressée au Père dénote de ce que vous ne teniez pas compte de la dimension humaine de Jésus. Oui, Jésus était parfaitement homme, bien que parfaitement Dieu. À son humanité sont donc attachés le doute, la peur et la tentation. Mais par sa divinité, il possède avec perfection le courage, l'amour et la persistance.

medico

Avatar du membre

Messages : 17653
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 31 déc. 2007 04:11

Message par medico

le contexte montre tout simplement qu'il parlait de lui en tant que MESSIE tout simplement.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Irmeyah

Avatar du membre

Messages : 1971
Enregistré le : 10 juil. 2006 06:31

Ecrit le 31 déc. 2007 05:04

Message par Irmeyah

Sammy a écrit :Erreur : Jésus a bel et bien indiqué qu'il est Dieu.
Je vous renvoie à un très bon livre : "Le manuel du traducteur - l'´vangile selon Jean". Jean, chapître 8, verset 24 : "Si vous ne reconnaissez pas que JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés."

Or, JE SUIS est mentionné en Exode 3,14 : "EYEH ACHER EYEH" : "JE SUIS QUI JE SERAI" (traduisible de différentes manières, étant donné les rapports entre parfait et imparfait hébraïques).
(Jean 8:58) 58 Jésus leur dit : “ Oui, vraiment, je vous le dis : Avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été. ” - TMN

L'appendice 6F de la Traduction du monde nouveau donne, à propos de ce passage, les informations suivantes:

Jn 8:58 - " Avant qu'Abraham vienne à l'existence, j'ai été " - Gr. : (prin Abraam génésthaï égô éïmi)

IVe-Ve siècle " avant qu'Abraham fût, j'ai été " Syriaque : A Translation of the Four Gospels from the Syriac of the Sinaitic Palimpsest, par A. Lewis. - London 1894.

Ve siècle " avant même qu'Abraham ait paru, j'étais ": Syriaque (Cureton): Evangelion da-Mepharreshe, par F. Burkitt. - Cambridge 1904. - Vol. 1.

Ve siècle " avant qu'Abraham ait existé, j'étais "; Peshitta (syr.) :The Syriac New Testament Translated into English from the Peshitto Version, par J. Murdock. - Boston 1896. - 7e éd.

Ve siècle " avant qu'Abraham ait paru, j'étais "; Géorgien : The Old Georgian Version of the Gospel of John, par R. Blake, M. Brière, dans " Patrologia Orientalis ". - Vol. XXVI, fasc. 4. - Paris 1950.

VIe siècle " avant qu'Abraham soit né, j'étais " Éthiopien : Novum Testamentum Domini nostri et servatoris Jesu Christi AEthiopice, par T. Platt. - Londres 1830.

L'action exprimée en Jn 8:58 a commencé " avant qu'Abraham vienne à l'existence " et elle est toujours en cours. En pareille circonstance (éïmi), qui est à la première personne du singulier de l'indicatif présent, peut se rendre tantôt par le présent, tantôt par le passé composé. On trouve des exemples de cette syntaxe en Lc 2:48 ; 13:7 ; 15:29 ; Jn 5:6 ; 14:9 ; 15:27 ; Ac 15:21 ; 2Co 12:19 ; 1Jn 3:8.

À propos de cette construction, voici ce que dit G. Winer (A Grammar of the Idiom of the New Testament, Andover 1897, 7e éd., p. 267) : " Quelquefois le présent comprend aussi un passé (Mdv. 108), c'est-à-dire quand le verbe exprime un état qui a commencé à tel moment antérieur mais qui se prolonge encore - un état dans sa durée ; comme en Jn xv. 27 ap' arkhês mét' émou ésté, viii. 58 prin Abraam génésthaï égô éïmi. " (voir aussi A Grammar of the New Testament Diction; p. 282; A Greek Grammar to the New Testament; p. 131; W. Trollope)

De même, voici ce que disent J. Moulton et N. Turner dans A Grammar of New Testament Greek (Edinburgh 1963, vol. III, p. 62) : " Le présent qui indique la continuation d'une action pendant le passé et jusqu'au moment où l'on parle est pour ainsi dire une forme verbale perfective ; la seule différence c'est que l'action se conçoit comme étant encore en cours (...). On le rencontre souvent dans le N[ouveau] T[estament] : Lc 2:7 (...) 15:29 (...) Jn 5:6 ; 8:58 (...). "

Cherchant à identifier Jésus à Jéhovah, certains disent que (égô éïmi) est l'équivalent de l'expression hébraïque ´ani hou´ : " je suis lui ", qui est employée par Dieu. Cependant, on notera que la même expression hébraïque est aussi utilisée par l'homme. - Voir 1Ch 21:17, note.

Cherchant également à identifier Jésus à Jéhovah, d'autres citent Ex 3:14 (LXX), qui dit : (Égô éïmi ho ôn), ce qui signifie : " Je suis L'Étant " ou " Je suis L'Existant ". Mais leur argument ne tient pas pour la bonne raison que l'expression d'Ex 3:14 diffère de celle qui figure en Jn 8:58. (Voir Ex 3:14, note.) Nulle part dans les Écritures grecques chrétiennes il n'est possible d'identifier Jésus à Jéhovah. - Voir 1P 2:3, note ; App. 6A, 6E.

Ernest De Witt Burton, dans son ouvrage Moods and Tenses of New Testament Greek, précise que "le Présent Indicatif, accompagné d'une expression adverbiale dénotant la durée et se référant au passé, est parfois utilisé en Grec, comme en Allemand, pour décrire une action qui, commençant dans le passé, est encore en cours au moment du récit. L'idiome Anglais requiert l'utilisation du parfait dans de tels cas." (c'est moi qui souligne; voir aussi A Greek Grammar for Colleges; Herbert Weir Smyth)

En Jean 8:58, l'action décrite par le verbe eimi a commencé dans le passé ("avant qu'Abraham n'existe") et se poursuivait au moment où Jésus parlait. La Traduction du monde nouveau est donc tout à fait autorisée à la rendre par un passé*. Afin d'illustrer cette particularité de l'action, R. Furuli, dans l'étude détaillée qu'il fait de ce passage, explique:

" En Jérémie 1:5, nous trouvons ce mot [" avant "] employé trois fois dans une construction assez similaire à celle de Jean 8:58. La Septante, dans ces endroits, a pro tou, une phrase qui a fondamendalement la même signification que prin [utilisé en Jean 8:58]. " Avant [pro tou] que je ne te forme [plasai, infinitif aoriste] dans le ventre, je te connaissais [epistamai, indicatif Présent; dans l'hébreu, le verbe est au Parfait], et avant [pro tou] que tu ne sortes [ekselthein, infinitif aoriste] de la matrice, je t'ai sanctifié [hegiaka, Parfait de l'indicatif]. ". " Connaître " est un état de l'esprit, et le Présent grec [epistamai] doit indiquer un état dans sa durée. Le Parfait hébreu a exactement la même signification. Et tant dans l'hébreu que dans le grec, nous trouvons la préposition " avant " se référant, dans le passé, à l'époque antérieure à la naissance de Jérémie. Depuis cette époque jusqu'au moment où Dieu fait cette déclaration, il connaissait Jérémie. C'est la même chose avec l'expression parallèle: " Sanctifier " est un acte conduisant à un état. Ici, le Parfait grec [hegiaka] est employé, indiquant même de façon plus absolue, qu'une phrase commençant par " avant " peut traduire un état qui dure jusque dans le Présent ". – The role of theology and bias in Bible translation , p. 209.

Bien avant la publication de la Traduction du monde nouveau, un ouvrage trinitaire# reconnaissait déjà le bien-fondé de la traduction "j'existais", en Jean 8:58. Voici ce que l'on pouvait y lire:

" "Avant qu'Abraham fût, j'existais" (...) Cette traduction se justifie (...) sur la base de ce qui suit: (...) En accord avec l'idiome de l'Hébreu, et de celui de l'évangéliste Jean, le présent eimi peut être employé à la place de l'imparfait hn, voir 1 Jean 3:7. 2:29. 4:17. Cela, dit Bengel, est particulièrement le cas, quand ce qui est affirmé avoir été, continue encore d'être, et ainsi le sens à la fois du présent et du prétérit est compris dans le présent; comme en Jean 15:27, este. Jer. 1:5 (LXX) , epistamai se. (...) En accord avec la version "Avant qu'Abraham fût, j'existais", le passage contient la preuve requise pour soutenir l'assertion selon laquelle Jésus est plus grand qu'Abraham (v. 53). Cette preuve souligne sa préexistence; et à partir de la question soulevée par les Juifs (v. 57), Jésus saisit l'occasion d'invoquer cette preuve de la dignité de sa personne" - An Elementary Course of Biblical Theology, p. 401-3; Gottlob Christian Storr - Andover 1826.

Pour d'autres précisions, consulter l'article de Didier Fontaine sur ce passage.

Quelques versions consultables :

New Living Translation (NLT); "avant qu'Abraham soit même né, JE SUIS (note: "ou (...) j'ai toujours été vivant")"

Worldwide English (New Testament) (WE); "Jésus répondit, `Je vous dis la vérité. J'étais déjà avant qu'Abraham soit né.'"

A Literal Translation from the Syriac Peshito Version ; James Murdock: "Jésus leur dit: Vraiment, vraiment je vous le dis, qu'avant qu'Abraham ait existé, j'étais."

Twentieth Century New Testament ; "Avant qu'Abraham existe, j'étais"

The New Testament. Translated from the original Greek; H.T. Anderson: "Avant qu'Abraham vienne à l'existence, j'étais."

The New Testament: translated from the Greek text of Tischendorf; G. R. Noyes : "Avant qu'Abraham fût , j'ai été".

-----------------------------------------------------------
* Dans le but de discréditer la Traduction du monde nouveau, certains ont tenté d'établir un parallèle entre Jean 8:58 et Psaume 90:2 où on lit: " Avant que les montagnes naissent et que tu enfantes la terre et le monde, depuis toujours, pour toujours, tu es Dieu " (Traduction Oecuménique de la Bible). Ce passage, comme Jean 8:58, se réfère au passé (" Avant que les montagnes ... "), et comporte, dans la Septante, un verbe d'état au présent de l'indicatif (" tu es "; grec: su ei), soi-disant parallèle au ego eimi (" je suis ") employé par l'apôtre Jean. Ainsi, comme la Traduction du monde nouveau emploie, en Psaume 90:2, le présent de l'indicatif " tu es ", ses détracteurs prétendent qu'il aurait été logique de faire de même en Jean 8:58, en rendant ego eimi par " je suis ", et non " j'ai été ". Cependant, un tel raisonnement n'est pas fondé, car il n'existe pas de véritable parallèle entre ces deux passages. Comme cela a été expliqué plus haut, en Jean 8:58, l'action évoquée par le verbe, bien que se référant au " passé [avant qu'Abraham n'existe], est encore en cours au moment du récit ". En Psaume 90:2, il en va différemment, car le verbe se réfère, non seulement à un état passé qui dure dans le temps [" depuis toujours,(...) tu es Dieu"] jusqu'au moment où le Psalmiste (Moïse) écrit ces mots, mais également à ce même état qui perdure dans l'avenir [" pour toujours, tu es Dieu "]. De par cette référence à la fois au passé, au présent, et au futur (" depuis toujours, pour toujours, tu es Dieu "), il convient de traduire le présent grec su ei par le présent " tu es ", comme l'a fait L. C. L. Brenton dans son English translation of The Septuagint (voir aussi The role of theology and bias in Bible translation , p. 212-215). De ce fait, si Psaume 90:2 et son contexte établissent nettement le contraste entre l'éternité de Dieu et la vie éphémère de l'homme, on ne peut en dire autant de Jean 8:58 où Jésus affirme seulement l'antériorité de son existence par rapport à celle d'Abraham.

D'autres ont également invoqué l'argument suivant: " Si les Juifs ont cherché à lapider Jésus (Jean 8:59), c'est parce que celui-ci s'était attribué le Nom divin " Je suis " (verset 58), ce qui était, à leurs yeux, un blasphème ". Cependant, comme cela a été expliqué auparavant, l'expression " Je suis " rencontrée en Exode 3:14 dans la Septante, ne correspond pas à une forme du Nom divin. Par ailleurs, le contexte de Jean 8:58 éclaire les mobiles qui poussèrent les juifs à agir ainsi (voir Jean 8:37-47). En réalité, Jésus dévoilait la méchanceté et le manque de foi de ses détracteurs, et c'est pour cette raison qu'ils cherchèrent à le tuer. Loin de s'attribuer un titre qui ne lui revenait pas de droit, Jésus expliqua qu'il ne faisait rien de sa propre initiative (Jean 8:28), et qu'il ne cherchait pas à se glorifier lui-même (Jean 8:50,54).
Enfin, on a fait appel à Jean 8:24, 28 pour justifier l'attribution du Nom divin à Jésus. Dans ces deux passages, l'expression ego eimi se rencontre, et a été traduite dans certaines versions par " Je Suis " (voir la Traduction Oecuménique de la Bible ). Là encore, il est intéressant de noter que ces mêmes versions ne rendent pas cette expression de façon identique dans d'autres passages. Par exemple, en Jean 9:9, un homme qui venait d'être guéri de sa cécité par Jésus, s'exclama: " C'est bien moi " [grec: ego eimi] – TOB. Comparer également, dans plusieurs traductions, Marc 13:6; Luc 21:8; Jean 4:26; 6:20; 18:5 où ego eimi est employé dans le même sens. Comme l'explique J. H. Thayer dans son lexique, " la formule ego eimi (je suis lui), fréquente dans les Évangiles, spécialement celui de Jean, doit avoir son prédicat [je suis lui ou je le suis] sous-entendu mentalement, d'autant plus que cela est évident de par le contexte. " – A Greek English Lexicon of the New Testament (J. H. Thayer, p. 177). Commentant Jean 8:24 dans le même sens, la New English Translation fait remarquer: "Dans ce contexte, il y a un prédicat nominatif sous-entendu ("lui") à la suite de l'expression "je suis". Ce que les auditeurs de Jésus devaient reconnaître, c'est qu'il était celui qu'il prétendait être, c'est à dire le Messie (cf. 20:31). Des traductions anglaises comme la NIV ("si vous ne croyez pas que je suis celui que je prétends être"), la NLT ("à moins que vous ne croyiez que je suis celui que je dis être"), et la CEV ("si vous n'avez pas foi en moi pour ce que je suis") , reflètent également ce point de vue". Enfin, dans son commentaire sur Jean 8:24, J. Calvin précise: "Certains anciens auteurs ont déduit de ce passage l'essence Divine du Christ; mais cela est une erreur, car il [Jésus] parle de son service à notre égard (...) Cela ne se réfère pas à l'essence Divine du Christ, mais à son service; ce qui apparaît encore plus clairement dans ce qui suit, quand il affirme qu'il ne fait rien, seulement ce que le Père lui commande; car cela signifie qu'il était envoyé par Dieu, et qu'il accomplit son service avec fidélité" - Calvin' s commentaries; Jean 8:24,28.

# Pour un examen détaillé de la doctrine de la Trinité et de sa réfutation, consulter Scriptures Proofs and Scriptural Illustrations of Unitarianism; John Wilson - London 1846.

------------------------------------------------------------------

Exode 3:14

(Exode 3:14) 14 Alors Dieu dit à Moïse : “ JE SERAI CE QUE JE SERAI. ” Et il ajouta : “ Voici ce que tu diras aux fils d’Israël : ‘ JE SERAI m’a envoyé vers vous. ’ ”
- TMN
(Aucun rapport avec les formules utilisées par Jésus)

Du fait que les Témoins rejettent la divinité de Jésus, la TMN éclipse le lien entre le titre que Dieu se donne et la déclaration de Jésus rapportée en Jean 8:58

La critique vaut-elle également pour les versions suivantes?

"Je serai qui je serai" ; la Bible de Chouraqui

"Je suis qui je serai"; Traduction Œcuménique de la Bible

"je deviendrai ce qu'il me plaira"; The Emphasised Bible - Rotheram (1902)



Toutes les versions ne s'accordent généralement pas sur la façon de traduire l'expression אהיה אשׁר אהיה, èhièh ashèr èhièh, que l'on rencontre en Exode 3:14, dans le texte hébreu (comparer différentes traductions ainsi que leur note). C'est ce que reconnaît Adam Clarke dans son commentaire sur ce passage, précisant toutefois que sa traduction littérale est "je serai ce que je serai". Dans son ouvrage, Le Pentateuque et les Prophètes, J. Hertz explique que dans l'expression "je suis celui qui suis (...) l'accent est mis sur la manifestation active de l'existence de Dieu (...) Beaucoup suivent aujourd'hui Rashi [célèbre exégète biblique et talmudique français du Moyen Âge] en traduisant cette phrase par 'je serai ce que je serai'".

Même si les traducteurs ont rendu l'expression èhièh ashèr èhièh de façons différentes*, il est néanmoins important de comprendre l'idée qu'emporte le verbe hayah rencontré ici. D'après The New Brown Driver Brigg's Hebrew - English Lexicon of the Old Testament, p. 224-8, ce verbe englobe les sens de "arriver", "devenir" ou "venir à l'existence". Quand il est utilisé dans le sens de "être", le même ouvrage précise que c'est, à l'origine, avec l'idée d'"être venu à l'existence". En Exode 3:14, le verbe hayah, à la première personne du singulier (אהיה), est à l'inaccompli, ce qui traduit le caractère inachevé de l'action. Autrement dit, cela signifie que Jéhovah se présente comme Celui qui est en train de venir (ou viendra ) à l'existence, Celui qui est en train de devenir (ou deviendra). Comme le souligne la note de la Traduction du monde nouveau sur ce verset, "il n'est pas question ici du fait que Dieu existe par lui-même, mais de ce qu'il se propose de devenir pour d'autres". En effet, c'est le verbe hayah à l'accompli qui aurait traduit l'idée même que Dieu existe, à savoir: "je suis venu à l'existence" (hébreu accompli hayîtî), donc "je suis", "j'existe". Or, ce n'est pas à l'accompli que se trouve ce verbe en Exode 3:14, mais à l'inaccompli, traduisant une action en cours d'achèvement, ou à venir. Jéhovah expliquait à Moïse qu'il était sur le point d'agir en faveur de son peuple en le libérant de la captivité Égyptienne (versets 16 et 17). Il allait se révéler comme Celui qui accomplit ses promesses, Celui qui 'vient à l'existence' en se montrant un puissant Libérateur, un Dieu aux actes prodigieux. Ainsi, la Traduction du monde nouveau, comme d'autres versions d'ailleurs, ne falsifie pas le texte hébreu en rendant l'expression èhièh ashèr èhièh par "JE SERAI CE QUE JE SERAI".£

A présent, que penser de la façon dont la Septante, traduction grecque non littérale des Écritures hébraïques, a rendu Exode 3:14? On y lit, en effet, d'après an English translation of The Septuagint de Sir Lancelot Charles Lee Brenton: " Je suis l'Etant [ou l'Existant]"Δ; traduction du grec "ego eimi ho ôn". Jésus s'y est-il référé lorsque, selon Jean 8:58, il a déclaré: "avant qu'Abraham existât, Je Suis [grec ego eimi]" (Bible de Jérusalem), s'identifiant ainsi à Celui qui se révèle soi-disant sous ce nom en Exode 3:14, à savoir Dieu lui-même?

Il est intéressant de noter la façon dont la Septante désigne Jéhovah dans ce dernier texte: "L'Etant [grec ho ôn, et non ego eïmi] m'a envoyé vers vous ...". Ainsi, ce n'est pas l'expression ego eimi (je suis) que les traducteurs Juifs ont utilisée pour désigner Jéhovah Dieu, mais plutôt 'ho ôn' (l'Etant, Celui qui est). Il n'y a donc aucun parallèle à établir entre le "ego eimi" d'Exode 3:14 et celui qui figure en Jean 8:58. Comme le souligne R. Furuli dans son livre The role of theology and bias in Bible translation , la façon dont le verbe eimi est utilisé dans ces deux passages est différente. En Exode 3:14, il relie, en tant que verbe copulatif, le sujet "ego" (moi je) à l'attribut "ho ôn" (l'étant), alors qu'il n'a pas la même fonction en Jean 8:58 (cliquer ici pour une discussion détaillée de ce dernier passage).

------------------------------

* voir The New Brown Driver Brigg's Hebrew - English Lexicon of the Old Testament , p. 218 .

£ La même forme verbale èhièh (אהיה) est traduite, en Exode 3:12, dans nombre de versions françaises par: « je serai ».

Δ Dans son livre Un historique du Nom divin, p. 64, Gérard Gertoux fait remarquer: " Là encore, malheureusement, de nombreux traducteurs se sont laissé influencer par la philosophie grecque sur l'être en tant qu'existence, développée par Platon dans plusieurs de ses ouvrages, dont le Parménide. Par exemple, la Septante va traduire ce passage par " moi je suis l'étant " (égô éimi o ôn en grec), c'est à dire: " Je suis celui qui est "; alors que la traduction d'Aquila, plus fidèle à l'hébreu, traduit cette phrase par: " Je serai: je serai " (ésomai ésomai en grec). Comme l'a indiqué une étude sur la traduction de cette phrase, la difficulté provient des traducteurs qui veulent expliciter cette traduction à l'aide de leurs croyances personnelles, et bien souvent sous l'influence de la philosophie grecque ".

[modo]A PRESENT MERCI DE RESTER DANS LE SUJET QUI EST LA QUESTION SUR LA PRIERE A JESUS.[/modo]
TJ baptisé actif -
Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. - Jean Jaurès

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 31 déc. 2007 05:10

Message par Sammy

Merci d'avoir démontré que Jésus est Dieu, Irmeyah.

Quant à la prière à l'intention de Jésus, il faut peser cette question. Oui, Jésus doit être prié, glorifié et adoré comme étant Dieu. Mais il n'est pas nécessaire, pour cela, de prier de la même façon que Dieu le Père. Ainsi, Jésus, Dieu le Fils, nous a donné une prière à adresser à Dieu le Père. Donc, sur le fond, oui, le Fils et le Père reçoivent les mêmes prières. Mais sur la forme, ces prières changent. De même que nous devons aimer nos parents de la même manière sans pour autant oublier de les nommer indistinctement.

medico

Avatar du membre

Messages : 17653
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 01 janv. 2008 13:36

Message par medico

a bon moi je trouve pas !
Cherchant également à identifier Jésus à Jéhovah, d'autres citent Ex 3:14 (LXX), qui dit : (Égô éïmi ho ôn), ce qui signifie : " Je suis L'Étant " ou " Je suis L'Existant ". Mais leur argument ne tient pas pour la bonne raison que l'expression d'Ex 3:14 diffère de celle qui figure en Jn 8:58.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 01 janv. 2008 14:47

Message par Sammy

Vous vous méprenez : je prends comme référence Jean 8,24.
Mais si vous le voulez, je peux vous donner ma compréhension du verset 58 !

Eloquence

Avatar du membre

Messages : 306
Enregistré le : 16 nov. 2007 16:19

Ecrit le 01 janv. 2008 16:51

Message par Eloquence

Sammy a écrit :Vous vous méprenez : je prends comme référence Jean 8,24.
Mais si vous le voulez, je peux vous donner ma compréhension du verset 58 !
Dans le verset 58,Jésus fait tout simplement référence à son passé d'ange.
Jean 13:34"Par là tous sauront que vous etes mes disciples,si vous avez de l'amour entre vous"
Révélation 21:14“ La mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ”
Jacques 2:19” Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Et pourtant les démons croient et frissonnent"

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 02 janv. 2008 03:49

Message par Sammy

Ah bon ? Qu'est-ce qu'un ange ?

Eloquence

Avatar du membre

Messages : 306
Enregistré le : 16 nov. 2007 16:19

Ecrit le 02 janv. 2008 08:09

Message par Eloquence

Sammy a écrit :Ah bon ? Qu'est-ce qu'un ange ?
Héb. 1:7 “Il fait de ses anges des esprits.”

Luc 24:39 “Un esprit n’a pas de chair et d’os.”

Mat. 18:10 “Leurs anges au ciel voient toujours la face de mon Père qui est au ciel.”


II Pierre 2:11 “Les anges, qui pourtant sont plus grands en force et en puissance, ne portent pas contre eux d’accusation en termes injurieux, ne le faisant pas par respect pour Jéhovah.”

Héb. 2:6, 7 “Qu’est-ce que l’homme pour que tu te souviennes de lui, ou le fils de l’homme pour que tu prennes soin de lui ? Tu l’as fait un peu au-dessous des anges.” (Voir aussi Ps. 8:5, 6.)

Ps. 103:20 “Bénissez l’Éternel, vous ses anges, qui êtes puissants en force, et qui exécutez ses ordres, en obéissant à la voix de sa parole !”

Éph. 6:12 “Nous avons à lutter, non contre le sang et la chair, mais (...) contre les forces spirituelles mauvaises qui sont dans les lieux célestes.”
Jean 13:34"Par là tous sauront que vous etes mes disciples,si vous avez de l'amour entre vous"
Révélation 21:14“ La mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ”
Jacques 2:19” Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Et pourtant les démons croient et frissonnent"

Sammy

Avatar du membre

Messages : 230
Enregistré le : 25 déc. 2007 16:30

Ecrit le 02 janv. 2008 10:02

Message par Sammy

Quelle est la référence biblique explicite qui démontre que Jésus était un ange ?

D'après les passages bibliques que vous me sortez, Dieu le Père est un ange.

medico

Avatar du membre

Messages : 17653
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 02 janv. 2008 13:00

Message par medico

Les anges sont parfois qualifiés d’esprits, lesquels sont invisibles et puissants. Ayant un corps spirituel invisible, les anges résident “ dans les cieux ”. (Mc 12:25 ; 1Co 15:44, 50.) Ils sont encore appelés “ fils du vrai Dieu ”, “ étoiles du matin ” et “ saintes myriades ” (ou “ saints ”). — Jb 1:6 ; 2:1 ; 38:7 ; Dt 33:2.
mais je rappel le titre du sujet.
Devons nous prier JESUS à l'identique que DIEU Le PERE ?
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot], Eliaqim et 1 invité