Situation d'un divorce

Forum : Discutions libres
Verrouillé
Avenir

Avatar du membre

Messages : 4
Enregistré le : 22 mai 2008 14:54

Situation d'un divorce

Ecrit le 22 mai 2008 15:15

Message par Avenir

Pouvez vous s'il vous plait me donner votre avis sur une certaine situation :

Il s'agit d'un couple marié depuis peu qui ne s'aime plus. Ils décident de divorcer alors qu'il n'y a pas eu de motif biblique valable, tel que l'adultère.
Pouvez-vous me confirmer que ce divorce n'est pas un motif d'excommunication pour les 2 ?

2ème question : aucun des 2 n'est libre de se remarier, est-ce bien ca ?

Si toutefois, un des 2 décide de se marier avec un autre TJ, a ce moment-la, est-il passible d'excommunication ??
En meme temps, cela liberera-t-il l'autre conjoint ?

Merci de bien vouloir répondre à ces questions.

Merci.

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 22 mai 2008 15:55

Message par Nhoj

Bonjour, je le confirme ;-)

Seulement, oui, si un des deux se remarie, le motif biblique pour le divorce n'étant pas là, il peut se faire excommuniquer. A savoir que cela donnera à l'autre ex conjoint le droit de se remarier parce que le premier à commit la fornication.

Bien à vous,


Nhoj.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Avenir

Avatar du membre

Messages : 4
Enregistré le : 22 mai 2008 14:54

Ecrit le 22 mai 2008 17:19

Message par Avenir

merci pour cette prompte réponse.

quand vous dites "il peut se faire excommuniquer", qu'entendez-vous par là ? l'excommunication n'est-elle pas automatique ? ou peut-elle être évitée ?

Y-a-t-il une incidence sur le nouveau conjoint, qui lui est baptisé ? Est-il en droit de se marier avec une personne divorcée sans motif biblique ?

merci encore.

ponce pilate

Avatar du membre

Messages : 18
Enregistré le : 22 déc. 2007 15:21
Localisation : namur belgique

Ecrit le 22 mai 2008 21:23

Message par ponce pilate

Bonjour Avenir,
Les choses sont claires dans la Bible:
Le seul motif biblique de divorce est la fornication,Jésus a donné cette directive "Je vous dis que quiconque divorce d'avec sa femme-sauf pour motif de fornication-et se marie avec une autre,commet l'adultère." Matthieu chap 19 v 9
Si deux chrétiens décident de "divorcer" sans qu'il y ait eu fornication,ils ne sont pas libres de se remarier car aux yeux de Dieu les liens du mariage ne sont pas rompus.
Celui qui se remarie commet la fornication et, en l'occurence,libère l'autre des liens du mariage.

Les frères murs dans la congrégation ont esayé de rétablir la paix dans ce couple,avant leur séparation, ils leur ont apporté leur aide à l'aide de conseils Bibliques pratiques. Si malgré tout ils ont décidé de se séparer et de sanctionner cette séparation par un divorce selon la loi de César,ils ont été informé de leurs obligations envers Jéhovah.
Si un des deux manifeste le désir de se remarier,les anciens lui rappelent la directive de Jésus ,susmentionnée,et l'aident à garder la conduite théocratique.
si malgré tout,le chrétien s'obstine dans sa mauvaise conduite,et se remarie il est excommunié. 1 Corinthiens chap 6:Verset 9 précise que "Les fornicateurs n'hériteront pas le Royaume."

parlant d'un cas de fornication scandaleux,l'apotre Paul donnera cet ordre:"Otez le méchant du milieu de vous." 1 Corinthiens chap 5 v 19.

Pour ce qui est du conjoint qui est resté chaste,il est libre de se remarier,les liens du mariage ayant été rompus.

C'est ainsi ,que j'ai compris l'esprit et la lettre de la Bible concernant cette affaire,mais j'exprime mon opinion et si j'ai mal compris que les modos veuillent bien me reprendre. :oops:
"C'est pour ceci que je suis né,et pour ceci que je suis venu dans le monde: rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui est du coté de la vérité écoute ma voix." JESUS.

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 23 mai 2008 01:33

Message par Zouzouspetals

ponce pilate a écrit :Bonjour Avenir,
Les choses sont claires dans la Bible:
Le seul motif biblique de divorce est la fornication,Jésus a donné cette directive "Je vous dis que quiconque divorce d'avec sa femme-sauf pour motif de fornication-et se marie avec une autre,commet l'adultère." Matthieu chap 19 v 9
Si deux chrétiens décident de "divorcer" sans qu'il y ait eu fornication,ils ne sont pas libres de se remarier car aux yeux de Dieu les liens du mariage ne sont pas rompus.
Celui qui se remarie commet la fornication et, en l'occurence,libère l'autre des liens du mariage.

Les frères murs dans la congrégation ont esayé de rétablir la paix dans ce couple,avant leur séparation, ils leur ont apporté leur aide à l'aide de conseils Bibliques pratiques. Si malgré tout ils ont décidé de se séparer et de sanctionner cette séparation par un divorce selon la loi de César,ils ont été informé de leurs obligations envers Jéhovah.
Si un des deux manifeste le désir de se remarier,les anciens lui rappelent la directive de Jésus ,susmentionnée,et l'aident à garder la conduite théocratique.
si malgré tout,le chrétien s'obstine dans sa mauvaise conduite,et se remarie il est excommunié. 1 Corinthiens chap 6:Verset 9 précise que "Les fornicateurs n'hériteront pas le Royaume."

parlant d'un cas de fornication scandaleux,l'apotre Paul donnera cet ordre:"Otez le méchant du milieu de vous." 1 Corinthiens chap 5 v 19.

Pour ce qui est du conjoint qui est resté chaste,il est libre de se remarier,les liens du mariage ayant été rompus.

C'est ainsi ,que j'ai compris l'esprit et la lettre de la Bible concernant cette affaire,mais j'exprime mon opinion et si j'ai mal compris que les modos veuillent bien me reprendre. :oops:
En théorie, c'est ce qui devrait se passer ; en pratique, je doute que ce soit vraiment le cas : si les Témoins de Jéhovah commencent à excommunier tous les divorcés qui se remarient, les Salles du Royaume vont se dépeupler.

Le cas scandaleux dont parle l'apôtre Paul aux Corinthiens ne concernait pas un homme qui aurait légalement divorcé à son époque, pour se remarier par la suite. Il parlait d'un adultère au sein d'une même famille : "Oui, on entend parler de fornication chez vous, et d’une fornication telle qu’il n’y en a pas même chez les nations : [ainsi,] un certain [homme] a la femme de [son] père." (I Cor. 5:1). Ce qui ne semble pas être le cas dans la situation décrite par Avenir.
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Jude

Avatar du membre

Messages : 572
Enregistré le : 30 mars 2008 10:51
Localisation : France

DIVORCE — OUI OU NON?

Ecrit le 23 mai 2008 05:21

Message par Jude

Salutation en Christ

L’apôtre Paul a aussi considéré le cas où un conjoint est incrédule et éventuellement se sépare.
Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la sœur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix” (1 Cor. 7.12-16).
Dans ce cas, il ne s’agit point d’être pour la vie entière “asservi”, ni pour un frère, ni pour une sœur.
Dans la vie d’un homme il arrive qu’une fausse décision soit prise, également chez les croyants, et ceci peut arriver lors de la conclusion d’un mariage.
Lorsque c’est le cas, ceux qui souffrent déjà de cette situation doivent-ils être traités comme des lépreux?
Ils ont déjà un fardeau qu’ils doivent souvent porter toute leur vie. Toutefois, si le conjoint incrédule se sépare, le croyant est libre, qu’il soit homme ou femme.
Il n’est pas écrit dans la Bible “… jusqu'à ce que la mort vous sépare”.
Mais il est bien écrit:
Ce donc que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas” (Matt. 19.6).
Il y a réellement des mariages qui n’ont visiblement pas été unis par Dieu.
C’est pourquoi l’accent est mis sur:
Ce donc que Dieu a uni”, car ce que Dieu fait est bien fait pour toujours!
Le même Dieu qui, pour certaines raisons justifiées, à permis qu’une lettre de divorce soit donnée à la femme:
Si un homme prend une femme et l’épouse, et qu’il arrive qu’elle ne trouve pas grâce à ses yeux (pas seulement après des années), parce qu’il aura trouvé en elle quelque chose de malséant, il écrira pour elle une lettre de divorce, et la lui mettra dans la main, et la renverra hors de sa maison” (Deut. 24.1)
Le même Dieu dit:
“… Car je hais la répudiation, dit l’Eternel, le Dieu d’Israël…; il couvre aussi de violence son vêtement, dit l’Eternel des armées” (Mal. 2.16).
Un divorce arbitraire est comparé dans les Ecritures à un acte de violence contre l’autre partenaire.
Dans le sermon sur la montagne, notre Seigneur se rapporte à la parole de Deutéronome 24.1:
Celui qui se sépare de sa femme doit lui donner une lettre de divorce”, mais il continue en disant: “Mais moi, je vous dis que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause de fornication, la fait commettre adultère; et quiconque épousera une femme répudiée, commet adultère” (Matt. 5.31-32).
Dieu protège une femme répudiée par son mari sans motif biblique, et Il demandera des comptes à cet homme.
Si cette femme se remarie, les gens la condamnent à cause du faux enseignement qu’ils ont reçu.
Pourtant dans ce cas elle n’est pas fautive, mais c’est bien le mari qui a fait qu’elle en arrive à cette situation et contracte un second mariage qui n’avait pas été prévu.
Dieu agit justement et Il demande toujours compte au fautif, qui est dans ce cas l’ex-mari. Dieu est juste dans toutes Ses paroles et saint dans tout ce qu’Il fait.
Une séparation injustifiée, c’est-à-dire un divorce, est un acte de violence dirigé contre la rédemption et le pardon, parce qu’en faisant cela la croix et la réconciliation sont rejetés. L’inimitié prononcée par Dieu, qui était entrée en vigueur après la violente rupture dans le jardin d’Eden, mais avait été mise de côté à la croix de Golgotha (Phil. 2) est de nouveau rétablie et donne lieu à de nouvelles accusations. Pour tous les rachetés ce qui subsiste à toujours est que toutes nos fautes et nos péchés ont été placés sur l’Agneau de Dieu. Nous sommes libres et avons la paix avec Dieu.
Par contre l’irréconciliabilité et les accusations rendent témoignage de l’état de l’homme après la chute.
Les rachetés et ceux qui sont réconciliés avec Dieu ne portent en eux aucune inimitié, laquelle va souvent au-delà de la mort. Ce serait vraiment un paradoxe. Celui qui ne pardonne pas à l’autre, et qui repousse la réconciliation, n’a aucunement besoin de prier Dieu pour être pardonné car Dieu non plus ne lui pardonnera pas.
Et quand vous ferez votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez-lui, afin que votre Père aussi, qui est dans les cieux, vous pardonne vos fautes. Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne pardonnera pas non plus vos fautes” (Marc 11.25-26).
Selon Jean 8, les scribes et les pharisiens amenèrent à Jésus une femme surprise en délit d’adultère. Ils se rapportaient au commandement de Moïse dans la loi:
“… de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu?”.
Jésus se pencha et écrivit avec son doigt sur le sable, alors que les chefs religieux lui posaient à plusieurs reprises la même question.
Finalement Il se releva et leur dit:
Que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre contre elle”.
Puis, Il se pencha de nouveau et se remit à écrire sur la poussière. Lorsqu’il leva à nouveau les yeux, tous avaient disparu, du premier au dernier.
Et Jésus, s’étant relevé et ne voyant personne que la femme, lui dit: Femme, où sont-ils, ceux-là, tes accusateurs? Nul ne t’a-t-il condamnée? Et elle dit: Nul, Seigneur. Et Jésus lui dit: Moi non plus, je ne te condamne pas; va, — dorénavant ne pèche plus” (Jean 8.10-11).
Si les croyants de notre temps avaient en eux-mêmes autant d’honneur que les scribes et pharisiens aveugles, ils pourraient lire dans la Bible ce que le Seigneur a écrit pour eux et qui leur est adressé.
Honteux ils se retireraient et n’accuseraient plus les autres.
Dans la présence de notre Seigneur Jésus il n’y a point de juste; tous ont péché, transgressé d’une manière ou d’une autre les commandements, tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu.
Ce sont les personnes non repenties qui exigent toujours des autres la repentance et l’humiliation; elles ne comprennent pas que seul l’Esprit de Dieu conduit à la repentance — y compris elles-mêmes.
De telles personnes ne connaissent même pas le “notre Père”; et pensent encore moins à mettre en pratique cette prière: “… pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés” (Matt. 6.12).
Il faut dans chaque cas prendre garde à ceci: celui qui conteste la rédemption agit avec inimitié, diffame son conjoint et commet une grave calomnie envers lui. Dieu est un Dieu de paix et Il donne la paix en toute situation. L’ennemi, lui, tourmente les coeurs sans paix et donne l’amertume.
C’est alors que leur gosier devient un sépulcre ouvert et sous leurs lèvres il y a du venin de serpent (Rom. 3.10-18 et autres).
Ce sont là les signes distinctifs d’une personne livrée aux mains de l’ennemi. Avec de telles personnes irréconciliables, qui agissent souvent à partir d’une fausse révélation, il n’est dans la plupart des cas plus possible de parler, car c’est l’accusateur qui parle au travers d’elles. Ils se trouvent sous une fausse inspiration, sont séduits et ne peuvent s’aider eux-mêmes; ils n’appellent même pas le Seigneur à l’aide, s’estimant dans le juste, et ils persistent dans leur propre justice. Le pardon et la réconciliation sont enracinés dans l’amour divin.

L’Eglise de Corinthe était touchée par un cas particulier et le Ainsi dit le Seigneur est venu à elle:
"Mais quant à ceux qui sont mariés, je leur enjoins, non pas moi, mais le Seigneur: que la femme ne soit pas séparée du mari; et si elle est séparée, qu’elle demeure sans être mariée, ou qu’elle se réconcilie avec son mari; et que le mari n’abandonne pas sa femme” (1 Cor. 7.10-11).
C’est un commandement pour les deux, non une proposition gracieuse.
Si la femme a déjà rompu ce commandement et que la séparation est accomplie, elle doit alors demeurer seule, ou revenir à son mari.
Si c’est le mari qui a brisé le mariage il en rendra compte.
Un homme qui se sépare de sa femme sans raison biblique pour en épouser une autre, est coupable devant Dieu.

Jude
"Bien–aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes." JudeV3

Exode

Avatar du membre

Messages : 2415
Enregistré le : 05 janv. 2008 09:54

Re: DIVORCE — OUI OU NON?

Ecrit le 23 mai 2008 08:36

Message par Exode

Jude a écrit :Salutation en Christ

L’apôtre Paul a aussi considéré le cas où un conjoint est incrédule et éventuellement se sépare.
Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la sœur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix” (1 Cor. 7.12-16).
Dans ce cas, il ne s’agit point d’être pour la vie entière “asservi”, ni pour un frère, ni pour une sœur.
Dans la vie d’un homme il arrive qu’une fausse décision soit prise, également chez les croyants, et ceci peut arriver lors de la conclusion d’un mariage.
Lorsque c’est le cas, ceux qui souffrent déjà de cette situation doivent-ils être traités comme des lépreux?
Ils ont déjà un fardeau qu’ils doivent souvent porter toute leur vie. Toutefois, si le conjoint incrédule se sépare, le croyant est libre, qu’il soit homme ou femme.
Il n’est pas écrit dans la Bible “… jusqu'à ce que la mort vous sépare”.
Mais il est bien écrit:
Ce donc que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas” (Matt. 19.6).
Il y a réellement des mariages qui n’ont visiblement pas été unis par Dieu.
C’est pourquoi l’accent est mis sur:
Ce donc que Dieu a uni”, car ce que Dieu fait est bien fait pour toujours!
Le même Dieu qui, pour certaines raisons justifiées, à permis qu’une lettre de divorce soit donnée à la femme:
Si un homme prend une femme et l’épouse, et qu’il arrive qu’elle ne trouve pas grâce à ses yeux (pas seulement après des années), parce qu’il aura trouvé en elle quelque chose de malséant, il écrira pour elle une lettre de divorce, et la lui mettra dans la main, et la renverra hors de sa maison” (Deut. 24.1)
Le même Dieu dit:
“… Car je hais la répudiation, dit l’Eternel, le Dieu d’Israël…; il couvre aussi de violence son vêtement, dit l’Eternel des armées” (Mal. 2.16).
Un divorce arbitraire est comparé dans les Ecritures à un acte de violence contre l’autre partenaire.
Dans le sermon sur la montagne, notre Seigneur se rapporte à la parole de Deutéronome 24.1:
Celui qui se sépare de sa femme doit lui donner une lettre de divorce”, mais il continue en disant: “Mais moi, je vous dis que quiconque répudiera sa femme, si ce n’est pour cause de fornication, la fait commettre adultère; et quiconque épousera une femme répudiée, commet adultère” (Matt. 5.31-32).
Dieu protège une femme répudiée par son mari sans motif biblique, et Il demandera des comptes à cet homme.
Si cette femme se remarie, les gens la condamnent à cause du faux enseignement qu’ils ont reçu.
Pourtant dans ce cas elle n’est pas fautive, mais c’est bien le mari qui a fait qu’elle en arrive à cette situation et contracte un second mariage qui n’avait pas été prévu.
Dieu agit justement et Il demande toujours compte au fautif, qui est dans ce cas l’ex-mari. Dieu est juste dans toutes Ses paroles et saint dans tout ce qu’Il fait.
Vous aimez toujours autant le rouge vous :D

Tout votre propos qui contient une erreur se résume ainsi :

Matthieu 19:3 Et des Pharisiens s’avancèrent vers lui avec l’intention de le tenter, et disant : “ Est-il permis à un homme de divorcer d’avec sa femme pour n’importe quel motif ? ” 4 En réponse il dit : “ N’avez-vous pas lu que celui qui les a créés, dès [le] commencement les a faits mâle et femelle, 5 et qu’il a dit : ‘ C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair ’ ? 6 Si bien qu’ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas. ” 7 Ils lui dirent : “ Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de renvoi et de divorcer d’avec elle ? ” 8 Il leur dit : “ Moïse, à cause de votre dureté de cœur, vous a concédé le droit de divorcer d’avec vos femmes, mais dès [le] commencement il n’en a pas été ainsi. 9 Je vous dis que quiconque divorce d’avec sa femme — sauf pour motif de fornication — et se marie avec une autre, commet l’adultère. ”

Matthieu 5:31 “ Il a aussi été dit : ‘ Celui qui divorce d’avec sa femme, qu’il lui donne un acte de divorce. ’ 32 Cependant moi je vous dis que tout homme qui divorce d’avec sa femme — excepté pour cause de fornication — l’expose à devenir adultère, et celui qui se marie avec une femme divorcée( pour raisons non bibliques) commet l’adultère.

Dieu a crée l'homme mâle et femelle, l'homme grandit, quitte ses parents, prend femme et par la relation sexuelle ils deviennent une seule chair, si bien qu'ils ne sont plus deux maus une seule chair; DONC (conséquence), ce que Dieu a unit que l'homme ne le défasse pas.
Mais en raison de la dureté du coeur des hommes, Moïse a donné le droit de divorcer; cependant aujourd'hui celui qui divorce pour raisons autre que pornéia (dont la fornication), se marie avec une autre devient coupable d'adultère, c'est comme de la fornication.
Mais si un homme divorce(répudie) ainsi sa femme, il l'expose elle-même à l'adultère, ainsi une femme divorcée pour des raisons non-bibliques et qui se remarie devient coupable d'adultère.

L'homme devient coupable, mais la femme est aussi tenue pour coupable, un adultère ne se fait jamais seul.


Pareillement pour l'homme dont la femme divorce pour raison non biblique.



L’Eglise de Corinthe était touchée par un cas particulier et le Ainsi dit le Seigneur est venu à elle:
"Mais quant à ceux qui sont mariés, je leur enjoins, non pas moi, mais le Seigneur: que la femme ne soit pas séparée du mari; et si elle est séparée, qu’elle demeure sans être mariée, ou qu’elle se réconcilie avec son mari; et que le mari n’abandonne pas sa femme” (1 Cor. 7.10-11).

Si la femme a déjà rompu ce commandement et que la séparation est accomplie, elle doit alors demeurer seule, ou revenir à son mari.
Si c’est le mari qui a brisé le mariage il en rendra compte.
Un homme qui se sépare de sa femme sans raison biblique pour en épouser une autre, est coupable devant Dieu.
L'homme comme la femme, je dirai. Le seigneur appelle ici à la réconciliation des deux mariés, mais parce que le mari expose sa femme à l'adultère si il divorce d'elle pour raison non-biblique, je dirai qu'iil porte une responsabilité ; aussi par amour le Seigneur dit que le mari ne doit pas quitter sa femme; ce qui signifie bien que l'acte de divorce donné par Moïse est devenu caduque, aujourd'hui le divorce est celui permit dans le commandement donné par Christ Jésus.
Il vous faut aussi prendre en contexte que si l'un ou l'autre ont commis la fornication ou l'adultère, la pornéia, que cela est constaté, alors l'un comme l'autre sont libéré du lien du mariage, et ne sont plus tenus.

Le mariage et le divorce, ça fait beaucoup parlé, mais c'est vrai que c'est un sujet important.
Je me présente : Exode, je ne suis pas Témoin de Jéhovah, pour l'instant.
1Pierre 5:6 Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu,...7 tandis que vous rejetez sur lui toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous. 8 Restez dans votre bon sens, soyez vigilants.

Silent Crow

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar du membre

Messages : 949
Enregistré le : 21 déc. 2007 00:22

Ecrit le 23 mai 2008 11:10

Message par Silent Crow

Un adultère peut se faire seul, par exemple dans le cas d'un viol. Une femme mariée qui se fait violée par un autre homme que son mari n'est coupable de rien. Le violeur, en revanche, s'il est marié, est coupable d'adultère (et de viol).

Cela dit le mariage, à l'origine, n'avait aucun fondement religieux. Il a été inventé par l'homme pour garder un contrôle sur la relative infertilité féminine. La femme, en effet, n'est féconde que 2 ou 3 jours par mois. Un homme, s'il voulait s'assurer une déscendance, se devait de rester avec la même femme au moins jusqu'à ce qu'elle soit féconde et qu'il l'engrosse. Les chances de coucher à gauche et à droite et de tomber sur une femme féconde étant réduites, l'union à long terme avec une femme constituait sa meilleur chance de procréer.

Le mariage auquel tant de gens accordent tellement d'importance n'était donc à l'origine qu'une invention de l'homme pour contrôler la femme.

Exode

Avatar du membre

Messages : 2415
Enregistré le : 05 janv. 2008 09:54

Ecrit le 23 mai 2008 13:01

Message par Exode

Silent Crow a écrit :Un adultère peut se faire seul, par exemple dans le cas d'un viol. Une femme mariée qui se fait violée par un autre homme que son mari n'est coupable de rien. Le violeur, en revanche, s'il est marié, est coupable d'adultère (et de viol).
Donc très majoritairement, hormi le cas du viol, l'adultère se fait à deux. Or et le contexte ne faisait pas intervenir le viol mais le remariage pour raison non-biblique, d'où l'adultère se fait toujours à deux :wink:
Je me présente : Exode, je ne suis pas Témoin de Jéhovah, pour l'instant.
1Pierre 5:6 Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu,...7 tandis que vous rejetez sur lui toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous. 8 Restez dans votre bon sens, soyez vigilants.

Exode

Avatar du membre

Messages : 2415
Enregistré le : 05 janv. 2008 09:54

Re: Situation d'un divorce

Ecrit le 23 mai 2008 13:15

Message par Exode

Zouzouspetals a écrit :Il est amusant de constater à quel point ce post a dévié, en seulement quelques messages, de son sujet originel.

Avenir, initiateur de ce fil, a demandé un conseil sur une situation précise : un couple décide, par consentement mutuel et sans qu'il y ait eu adultère, de divorcer.

- Première question : peuvent-ils le faire sans être excommuniés ?
- Deuxième question : peuvent-ils se remarier ?
- Troisième question : si l'un des deux décide de se remarier, est-il alors considéré comme adultère, et donc passible d'excommunication ? Et son ex-conjoint devient-il de ce fait libre de se remarier sans être excommunié, puisqu'il est considéré alors comme la victime de l'adultère de son (ex)-conjoint ?

1) Oui, dans la mesure où le divorce par consentement mutuel est permis par la loi.

2) Bibliquement, non, comme certains l'ont expliqué sur ce fil, puisque le seul divorce bibliquement autorisé l'est après un adultère.
Dans la pratique actuelle, oui. Dans la société occidentale actuelle, près d'un mariage sur deux se solde par un divorce, nombre d'entre eux n'étant pas prononcés aux torts exclusifs d'un des conjoints. Donc, même chez les Témoins de Jéhovah, je ne crois pas qu'on excommunie un couple pour la seule raison que les deux conjoints ont décidé d'un commun accord de divorcer.

3) Théoriquement oui, à ceci près que le conjoint "innocent" n'est pas obligé de divorcer en cas d'adultère ; il peut décider de pardonner cette trahison à son conjoint.
Dans le cas spécifique abordé par Avenir, il semble évident que, puisque les deux conjoints se sont donné la permission de se tromper l'un l'autre, en divorçant par consentement mutuel, il n'y a pas vraiment un conjoint coupable d'adultère, et un autre victime.

Dans la pratique, si le collège d'anciens est strict, les divorcés pour un motif non biblique, qui manifesteraient le désir de se remarier, seraient peut-être excommuniés, sans doute interdits de mariage à la Salle du Royaume, puis, après leur remariage, réintégrés au sein de la congrégation.
Ce, bien sûr, dans le cas de deux conjoints Témoins de Jéhovah.

Car, si un Témoin de Jéhovah, marié à un non-TJ, divorce puis décide de se remarier (de préférence avec un Témoin de Jéhovah quand même), je pense que la congrégation ne sera pas trop regardante, et supposera que le divorce est dû à un adultère du non-TJ, donc que le TJ a parfaitement le droit de se remarier.

En bref, aujourd'hui, deux personnes qui décident de divorcer, ne seront pas excommuniés ; et un divorcé qui décide de se remarier ne risque l'excommunication, et encore provisoirement, que s'il a la malchance de tomber sur un collège rigoriste.

D'ailleurs, si deux Témoins de Jéhovah qui ne s'aiment plus, voulaient décider d'un commun accord de mettre fin à leur union et de se remarier ensuite chacun de leur côté sans risquer l'excommunication de l'un d'entre eux, ils pourraient toujours essayer de se remarier le même jour. ;-)
Les TJ se basent sur la bible, c'est la bible qui fait ici autorité dans les textes..pas ce que vous croyez et ce que vous inventez.
Je me présente : Exode, je ne suis pas Témoin de Jéhovah, pour l'instant.
1Pierre 5:6 Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu,...7 tandis que vous rejetez sur lui toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous. 8 Restez dans votre bon sens, soyez vigilants.

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Re: Situation d'un divorce

Ecrit le 23 mai 2008 13:44

Message par Zouzouspetals

Exode a écrit :
Les TJ se basent sur la bible, c'est la bible qui fait ici autorité dans les textes..pas ce que vous croyez et ce que vous inventez.
Connaissez-vous beaucoup de Témoins de Jéhovah qui ont divorcé puis se sont remariés ? Ont-ils été excommuniés ?

La Bible parle-t-elle du remariage des conjoints après un divorce par consentement mutuel ? Et de l'excommunication des divorcés remariés ?

Et qu'est-ce qui vous fait dire que j'ai inventé ce que j'ai répondu à Avenir ?
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

ponce pilate

Avatar du membre

Messages : 18
Enregistré le : 22 déc. 2007 15:21
Localisation : namur belgique

Re: Situation d'un divorce

Ecrit le 23 mai 2008 14:33

Message par ponce pilate

[quote="Zouzouspetals"].

quote]
Dans la pratique, si le collège d'anciens est strict, les divorcés pour un motif non biblique, qui manifesteraient le désir de se remarier, seraient peut-être excommuniés, sans doute interdits de mariage à la Salle du Royaume, puis, après leur remariage, réintégrés au sein de la congrégation.

Vous connaissez un cas de ce genre? Ou vous supposez que..?
En réalité,il est impossible que quelqu'un qui est excommunié soit réintègré dans l'immédiat. Il doit d'abord se "repentir",puis se "retourner" (actes 3;19)de son péché.
Il doit donc Regretter sincèrement ss faute,puis lui tourner le dos( s'en détourner) et enfin montrer publiquement et sans équivoque qu'il produit "Les oeuvres qui conviennent à la repentance"(Actes 26:20).

Ce cheminement demande du temps et des efforts soutenus.Les anciens de la congrégation sont amenés à juger des individus selon les circonstances,mais ils ont des informations bibliques pour les guider.
Ainsi pour le cas précité de fornication scandaleuse à Corinthe,il a fallu un an et "une tristesse excessive" du coupable pour que Paul demande qu'il soit réintégré. 1COR ch 2 ver 7 et 8.

Il n'y a donc pas de collèges plus ou moins" rigoristes",mais les Anciens jugent d'abord des individus à travers des lois et des principes clairement énoncés dans la Bible.
D'ailleurs,si un excomunié trouve qu'il a été jugé avec partialité et qu'il émet des réserves sur l'objectivité de la décision prise par le comité de discipline religieuse ,il a 7 jours pour demander à etre jugé par un autre comité de discipline religieuse.
"C'est pour ceci que je suis né,et pour ceci que je suis venu dans le monde: rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui est du coté de la vérité écoute ma voix." JESUS.

ponce pilate

Avatar du membre

Messages : 18
Enregistré le : 22 déc. 2007 15:21
Localisation : namur belgique

Re: Situation d'un divorce

Ecrit le 23 mai 2008 14:33

Message par ponce pilate

[quote="Zouzouspetals"].

quote]
Dans la pratique, si le collège d'anciens est strict, les divorcés pour un motif non biblique, qui manifesteraient le désir de se remarier, seraient peut-être excommuniés, sans doute interdits de mariage à la Salle du Royaume, puis, après leur remariage, réintégrés au sein de la congrégation.

Vous connaissez un cas de ce genre? Ou vous supposez que..?
En réalité,il est impossible que quelqu'un qui est excommunié soit réintègré dans l'immédiat. Il doit d'abord se "repentir",puis se "retourner" (actes 3;19)de son péché.
Il doit donc Regretter sincèrement ss faute,puis lui tourner le dos( s'en détourner) et enfin montrer publiquement et sans équivoque qu'il produit "Les oeuvres qui conviennent à la repentance"(Actes 26:20).

Ce cheminement demande du temps et des efforts soutenus.Les anciens de la congrégation sont amenés à juger des individus selon les circonstances,mais ils ont des informations bibliques pour les guider.
Ainsi pour le cas précité de fornication scandaleuse à Corinthe,il a fallu un an et "une tristesse excessive" du coupable pour que Paul demande qu'il soit réintégré. 1COR ch 2 ver 7 et 8.

Il n'y a donc pas de collèges plus ou moins" rigoristes",mais les Anciens jugent d'abord des individus à travers des lois et des principes clairement énoncés dans la Bible.
D'ailleurs,si un excomunié trouve qu'il a été jugé avec partialité et qu'il émet des réserves sur l'objectivité de la décision prise par le comité de discipline religieuse ,il a 7 jours pour demander à etre jugé par un autre comité de discipline religieuse.
"C'est pour ceci que je suis né,et pour ceci que je suis venu dans le monde: rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui est du coté de la vérité écoute ma voix." JESUS.

medico

Avatar du membre

Messages : 17653
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 23 mai 2008 14:38

Message par medico

restons sur la question posé savoir la séparation.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Avenir

Avatar du membre

Messages : 4
Enregistré le : 22 mai 2008 14:54

Ecrit le 23 mai 2008 14:41

Message par Avenir

je remercie Zouzouspetals d'avoir remis les choses dans leur contexte car je trouve aussi que les choses commencaient à dévier.

j'ai bien compris qu'aucun des conjoints n'est libre de se remarier aux yeux de la congrégation.

si il décidait cependant de le faire, je comprends bien qu'il peut être excommunié, mais ce que je ne saisis pas, c'est que l'excommunication doit normalement sanctionner un péché grave (ce qui est le cas puisqu'il s'agira d'un adultère) sans repentir sincère.

or si l'excommunication est systématique, je trouve cela étrange car elle ne tient plus compte de la notion de "repentir".

"Dans la pratique, si le collège d'anciens est strict, les divorcés pour un motif non biblique, qui manifesteraient le désir de se remarier, seraient peut-être excommuniés, sans doute interdits de mariage à la Salle du Royaume, puis, après leur remariage, réintégrés au sein de la congrégation. "
vous êtres en train de dire que c'est le "désir de remariage" qui provoque l'excommunication ?

car je ne trouve pas logique d'être excommuniés avant le mariage, puisqu'il n'y a pas encore eu l'acte de l'adultère qui se produirait seulement après le mariage.
Matthieu 5:31 “ Il a aussi été dit : ‘ Celui qui divorce d’avec sa femme, qu’il lui donne un acte de divorce. ’ 32 Cependant moi je vous dis que tout homme qui divorce d’avec sa femme — excepté pour cause de fornication — l’expose à devenir adultère, et celui qui se marie avec une femme divorcée( pour raisons non bibliques) commet l’adultère.
vous supposez donc que le nouveau conjoint sera également excommunié si il accepte de se marier avec une personne divorcée (sans qu'il y ait eu motif biblique) ?

je vous remercie sincèrement pour l'aide que vous m'apportez. pouvez-vous s'il vous plait rester dans le sujet et ne pas déborder.

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités