Situation d'un divorce

Forum : Discutions libres
Verrouillé
Sigale

Avatar du membre

Messages : 21
Enregistré le : 12 janv. 2008 15:54
Localisation : suisse

Ecrit le 27 mai 2008 12:06

Message par Sigale

:( Est-on retourné au bac à sable ? Quel réaction aux propos tenus plus haut !

Je plains tous les êtres humains qui n'ont pas la chance de vivre en bonne harmonie avec leurs conjoints qu'ils soient responsables ou non de la situation car, s'ils sont responsables de la situation ils se pourrissent eux-même la vie et celle de l'autre (jalousie : pourriture pour les os, nous dit la Bible) et s'ils ne le sont pas, eh bien ils doivent subir ladite situation.

Mais que dire d'une chrétienne qui subit des violences physiques conjugales, n'est-elle pas à plaindre ? N'a-t-elle pas le droit à la paix comme tout un chacun ? Ne peut-elle pas recourir à la séparation ? Et si son mari commet la fornication pendant la séparation n'est-elle pas enfin libre de se remarier et de conaître enfin le bonheur que Dieu lui-même a voulu pour chaque humain ?...
Je vous rassure ce n'est pas mon cas, j'ai la chance d'avoir un conjoint très respectueux de mes choix religieux et de vie .... Par contre je connais plusieurs personnes dans le "cas cité de la chrétienne" et qui vivent l'enfer !!! Comment ne pourrais-je pas être compatissante envers ces personnes , elles souffrent, autant celles qui subissent ; autant celles qui font subir !!! N'est-ce pas là une qualité de Notre Dieu Jéhovah ? Oh Témoins, suis-je à ce point là dans le faux ?
Témoin de Jéhovah actif -
Vous scrutez les Écritures, parce que vous pensez, vous, que par leur moyen vous aurez la vie éternelle ; et ce sont elles justement qui témoignent à mon sujet. Et pourtant vous ne voulez pas venir vers moi pour avoir la vie !

medico

Avatar du membre

Messages : 17654
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 27 mai 2008 12:20

Message par medico

c'est des principes de la bible pas des tj a moins que vous mettiez en question les principes de JEHOVAH ?
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org

Exode

Avatar du membre

Messages : 2415
Enregistré le : 05 janv. 2008 09:54

Ecrit le 27 mai 2008 12:31

Message par Exode

vide
Modifié en dernier par Exode le 28 mai 2008 11:41, modifié 1 fois.
Je me présente : Exode, je ne suis pas Témoin de Jéhovah, pour l'instant.
1Pierre 5:6 Humiliez-vous donc sous la main puissante de Dieu,...7 tandis que vous rejetez sur lui toute votre inquiétude, parce qu’il se soucie de vous. 8 Restez dans votre bon sens, soyez vigilants.

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 27 mai 2008 14:51

Message par Zouzouspetals

Nhoj a écrit : Je demande une source fiable. Sache aussi que des Témoins divorcent sans motif biblique et ne se remarient pas.
Grâce à une petite recherche sur le net, j'ai trouvé le passage suivant : "Une enquête sociologique effectuée sur l’ensemble des témoins de Jéhovah français en juin 1991 (sous contrôle d’huissier) recensait 29 000 couples dont les deux conjoints font partie des témoins de Jéhovah et 15 200 dont un seul des époux adhère à cette foi chrétienne. Le taux annuel de divorce parmi ces couples « mixtes » d’un point de vue religieux était de 0,9 %, soit sensiblement égal aux statistiques nationales. Ces chiffres, à la différence de cas isolés, démentent clairement les affirmations mensongères selon lesquelles les témoins de Jéhovah divorceraient systématiquement d’avec leur conjoint si celui-ci refuse de se convertir ou celles qui prétendent que la vie de couple serait impossible quand seul l’un des époux pratique la religion des témoins de Jéhovah."
(Source : Les Témoins de Jéhovah : Une religion reconnue malgré des discriminations persistantes - Étude de Davy FORGET - Édition révisée de septembre 2007)

L'enquête de 1991 à laquelle il fait allusion a été commandée par les Témoins de Jéhovah à la SOFRES, et publiée dans la brochure "Les Témoins de Jéhovah en France", Louviers : ATJ, 1991.

Donc, contrairement à ce que je pensais, ce n'est pas le taux de divorce chez les Témoins de Jéhovah qui était équivalent à la moyenne nationale, mais celui des couples composés d'un TJ et d'un non-TJ.

Cela dit, ces chiffres qui ont plus de 15 ans, mériteraient d'être actualisés pour que l'on sache quelle est la situation aujourd'hui.

Il n'empêche que, au début des années 1990, un Témoin de Jéhovah marié à un non-Témoin connaissait un taux de divorce semblable à celui de ses contemporains non-tj. Peut-on vraiment croire que, alors que ses contemporains non-tj divorçaient en majorité par consentement mutuel, le TJ marié à un non-TJ divorçait lui uniquement pour cause d'adultère ?
Dans la majorité de ces unions "mixtes" qui finirent par se briser, les conjoints Témoin de Jéhovah ont dû se retrouver divorcés pour un motif non biblique. Ont-ils tous attendus que leurs ex-conjoints se remarient pour pouvoir à leur tour envisager un remariage ?

Et qu'en est-il aujourd'hui des couples de Témoins mariés trop jeunes, qui divorcent au bout de quelques années de mariage ? Décident-ils alors de rester célibataires ?

Je suis sûre qu'il existe des Témoins divorcés par consentement mutuel, qui se remarient chacun de leur côté, sans doute dans des congrégations différentes, sans être excommuniés.
Parce qu'encore une fois, il est très délicat d'aller demander à l'un de ses coreligionnaires qui envisage de se marier, s'il l'a déjà été et si oui, s'il a été l'adultère repentant ou le conjoint trompé.
"L’esprit, en effet, est ardent, mais la chair est faible." (Matthieu 26:41)
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 27 mai 2008 15:02

Message par Nhoj

Encore bien que j'ai demandé la source, je savais bien que ce qui était dit précédemment était erroné.
alors que ses contemporains non-tj divorçaient en majorité par consentement mutuel, le TJ marié à un non-TJ divorçait lui uniquement pour cause d'adultère ?
Dans la majorité de ces unions "mixtes" qui finirent par se briser, les conjoints Témoin de Jéhovah ont dû se retrouver divorcés pour un motif non biblique. Ont-ils tous attendus que leurs ex-conjoints se remarient pour pouvoir à leur tour envisager un remariage ?
La réponse est "oui" ! Dans le cas contraire, ils auraient été excommuniqués pour adultère ;-)
Et qu'en est-il aujourd'hui des couples de Témoins mariés trop jeunes, qui divorcent au bout de quelques années de mariage ? Décident-ils alors de rester célibataires ?
Et qu'en est -il de vos nouvelles insinuations ? :-)

Je veux des faits, pas des bruits de couloirs.

Comme dit plus haut, quand le motif de divorce n'est pas biblique et qu'on se remarie, on est excommunié.
Je suis sûre qu'il existe des Témoins divorcés par consentement mutuel, qui se remarient chacun de leur côté, sans doute dans des congrégations différentes, sans être excommuniés.
Merci encore pour les insinuations. :-)

La réponse est "non", pas quand un des deux n'a pas commit d'adultère.
il est très délicat d'aller demander à l'un de ses coreligionnaires qui envisage de se marier, s'il l'a déjà été et si oui, s'il a été l'adultère repentant ou le conjoint trompé.
Et pourtant c'est bien ce que font les anciens ma chère. :-)
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 27 mai 2008 15:54

Message par Zouzouspetals

Nhoj a écrit :Encore bien que j'ai demandé la source, je savais bien que ce qui était dit précédemment était erroné.
La réponse est "oui" ! Dans le cas contraire, ils auraient été excommuniqués pour adultère ;-)
Et qu'en est -il de vos nouvelles insinuations ? :-)

Je veux des faits, pas des bruits de couloirs.

Comme dit plus haut, quand le motif de divorce n'est pas biblique et qu'on se remarie, on est excommunié.
Merci encore pour les insinuations. :-)

La réponse est "non", pas quand un des deux n'a pas commit d'adultère.
Et pourtant c'est bien ce que font les anciens ma chère. :-)
Et bien, attendons la prochaine enquête sociologique, qui viendra confirmer ou infirmer ces "bruits de couloir" et ces "insinuations" comme vous vous plaisez à les appeler.

Cela dit, vous affirmez : "quand le motif de divorce n'est pas biblique et qu'on se remarie, on est excommunié." Cette phrase seule est en contradiction avec votre doctrine, comme quelqu'un vous l'a fait remarquer sur ce fil.
Car il existe, comme je vous l'ai montré, des situations où le conjoint Témoin de Jéhovah en vient à divorcer, mais non pour adultère. Son divorce n'est donc pas légal, du point de vue biblique, et le TJ n'est alors considéré que comme séparé de son conjoint. Jusque là cependant, pas de raison d'être excommunié.
Ce n'est que lorsque ce TJ légalement divorcé aux yeux de la loi du pays, mais uniquement séparé aux yeux de ses "frères", décidera de se remarier, qu'il sera alors considéré comme adultère. Mais là encore, selon vos procédures disciplinaires, il ne devrait pas être automatiquement excommunié puisqu'il doit pouvoir bénéficier de la possibilité de se repentir de son "péché" ; ce n'est que s'il décide de passer outre qu'il pourra être déclaré "pécheur non repentant" et excommunié.
Or, à ce moment-là, il sera remarié. Et comment un divorcé qui aurait péché en se remariant pourrait-il manifester son repentir sincère ? En divorçant de son nouveau conjoint ?
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 27 mai 2008 16:11

Message par Nhoj

Et bien, attendons la prochaine enquête sociologique, qui viendra confirmer ou infirmer ces "bruits de couloir" et ces "insinuations" comme vous vous plaisez à les appeler.
C'est parfaitement cela, puisque c'est ce que vous voudriez entendre.
Car il existe, comme je vous l'ai montré, des situations où le conjoint Témoin de Jéhovah en vient à divorcer, mais non pour adultère. Son divorce n'est donc pas légal, du point de vue biblique, et le TJ n'est alors considéré que comme séparé de son conjoint. Jusque là cependant, pas de raison d'être excommunié
Il n'y a pas divorce dans ces cas-là mais séparation, comme vous le dites si bien et donc il n'y a pas excommunication. Il est déjà arrivé dans ces cas-là où les conjoints se tiennent séparés (sans être divorcés) plusieurs années puis où le conjoint "fautif" pratique l'adultère avec quelqu'un d'autres.

Je pense que vous êtes plutôt mal placée pour essayer de m'expliquer l'enseignement des Témoins. Ce que je dis, je le dis de source sûre. Vous, vous n'arrêtez pas de nous inventer des trucs que vous voudriez nous voir appliquer.

Voici un extrait d'article sur la séparation :
*** w88 1/11 p. 22-23 § 10-12 Quand la paix du couple est menacée ***

Le refus de pourvoir aux besoins des siens est un motif de séparation. Quand un homme se marie, il s’engage à pourvoir aux besoins de sa femme et des enfants qui naîtront éventuellement de leur union. Quiconque ne pourvoit pas aux besoins des membres de sa maisonnée “a renié la foi et il est pire qu’un homme sans foi”. (1 Timothée 5:8.) La séparation est donc envisageable si un mari refuse de pourvoir aux besoins des siens. Bien sûr, quand c’est un chrétien qui est accusé d’agir ainsi, les anciens examineront attentivement la question. Un refus opiniâtre de pourvoir aux besoins de sa famille peut entraîner l’exclusion.

11 Des violences physiques graves constituent un autre motif de séparation. Supposons qu’il arrive souvent à un mari non croyant de s’enivrer, de s’emporter et de brutaliser son conjoint croyant (Proverbes 23:29-35). En priant et en manifestant le fruit de l’esprit de Jéhovah, le conjoint croyant parviendra peut-être à prévenir ces éclats de colère et à rendre la situation supportable. Mais s’il subit des violences telles que sa santé et sa vie s’en trouvent véritablement menacées, les Écritures l’autorisent à se séparer de son conjoint. Là encore, les anciens de la congrégation examineront les accusations de violence lorsque le mariage mis en péril est celui de deux chrétiens, et ils devront peut-être prendre une mesure d’exclusion. — Voir Galates 5:19-21; Tite 1:7.

12 Une grave menace sur la spiritualité est encore un autre motif de séparation. Un croyant qui vit dans un foyer divisé sur le plan religieux doit faire tout son possible pour tirer profit des dispositions prises par Dieu pour son bien-être spirituel. Mais si l’opposition manifestée par son conjoint non croyant (qui recourt peut-être à la force) l’empêche vraiment de pratiquer le vrai culte et met vraiment en danger sa spiritualité, il peut décider de se séparer. Qu’en est-il si la condition spirituelle d’un foyer où les deux conjoints sont croyants est particulièrement mauvaise? Les anciens doivent apporter leur aide, mais c’est avant tout au mari baptisé qu’il incombe de remédier promptement à la situation. Bien sûr, si un chrétien marié agit en apostat en essayant d’amener son conjoint à ne plus servir Jéhovah, les anciens régleront la situation conformément aux Écritures. Quand quelqu’un est exclu parce qu’il met sérieusement en danger la spiritualité de son conjoint, refuse de pourvoir à ses besoins, ou lui fait subir des violences physiques graves, le chrétien fidèle qui cherche à obtenir une séparation légale ne va pas à l’encontre du conseil de Paul exhortant les chrétiens à ne pas poursuivre un autre croyant en justice. — 1 Corinthiens 6:1-8.
Un extrait sur le divorce :
*** it-1 p. 659-660 Divorce ***

Quel est le seul motif biblique de divorce chez les chrétiens ?

Dans son Sermon sur la montagne, Jésus déclara : “ Il a aussi été dit : ‘ Celui qui divorce d’avec sa femme, qu’il lui donne un acte de divorce. ’ Cependant moi je vous dis que tout homme qui divorce d’avec sa femme — excepté pour cause de fornication — l’expose à devenir adultère, et celui qui se marie avec une femme divorcée commet l’adultère. ” (Mt 5:31, 32). Également, après avoir dit aux Pharisiens que la concession faite par la Loi de Moïse, leur permettant de divorcer d’avec leurs femmes, ne faisait pas partie des dispositions prises “ dès le commencement ”, Jésus déclara : “ Je vous dis que quiconque divorce d’avec sa femme — sauf pour motif de fornication — et se marie avec une autre, commet l’adultère. ” (Mt 19:8, 9). Aujourd’hui, on fait généralement une distinction entre “ fornicateurs ” et “ adultères ”. Selon l’utilisation actuelle de ces mots, ceux qui sont coupables de fornication sont des personnes non mariées qui ont volontairement des rapports sexuels avec quelqu’un de l’autre sexe. Les adultères sont des personnes mariées qui ont de plein gré des rapports sexuels avec quelqu’un de l’autre sexe qui n’est pas légalement leur conjoint. Toutefois, comme cela ressort de l’article FORNICATION, le terme “ fornication ” traduit le mot grec pornéïa, qui désigne toutes les formes de relations sexuelles illicites en dehors des liens du mariage biblique. Par conséquent, les paroles de Jésus contenues en Matthieu 5:32 et 19:9 signifient que le seul motif de divorce qui mette vraiment fin aux liens du mariage est la pornéïa commise par l’un ou l’autre des conjoints. Le disciple du Christ peut user de cette possibilité de divorce s’il le désire, et un tel divorce le rend libre de se marier avec un chrétien répondant aux critères de la Bible. — 1Co 7:39.

Les actes sexuels immoraux commis par une personne mariée avec quelqu’un du même sexe (homosexualité) sont sales et immondes. Des personnes qui font ces choses et ne se repentent pas n’hériteront pas du Royaume de Dieu. Bien sûr, la bestialité est également condamnée par les Écritures (Lv 18:22, 23 ; Rm 1:24-27 ; 1Co 6:9, 10). Ces actes infects sont inclus dans l’appellation large de pornéïa. Il convient aussi de noter que, sous la Loi mosaïque, l’homosexualité et la bestialité étaient punies de mort, ce qui rendait le conjoint innocent libre de se remarier. — Lv 20:13, 15, 16.

Jésus Christ déclara que “ tout homme qui continue à regarder une femme de manière à éprouver une passion pour elle a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur ”. (Mt 5:28.) Cependant, Jésus ne dit pas que ce qui était dans le cœur sans être suivi d’actions fournissait un motif de divorce. Les paroles de Christ montrent qu’il faut garder un cœur pur et ne pas entretenir de pensées et de désirs inconvenants. — Ph 4:8 ; Jc 1:14, 15.

La loi rabbinique des Juifs stipulait bien que la personne mariée a le devoir d’accomplir l’acte conjugal et autorisait le mari à divorcer d’avec sa femme si celle-ci ne pouvait pas avoir d’enfants. Toutefois, les Écritures ne donnent pas aux chrétiens le droit de divorcer d’avec leur conjoint pour cette raison. Une stérilité longue de nombreuses années ne poussa pas Abraham à divorcer d’avec Sara, Isaac d’avec Rébecca, Jacob d’avec Rachel ou le prêtre Zekaria d’avec Élisabeth. — Gn 11:30 ; 17:17 ; 25:19-26 ; 29:31 ; 30:1, 2, 22-25 ; Lc 1:5-7, 18, 24, 57.

Rien dans les Écritures n’autorise le chrétien à divorcer d’avec son conjoint parce que celui-ci est physiquement incapable d’accomplir l’acte conjugal, est devenu aliéné ou a contracté une maladie incurable ou répugnante. L’amour que sont tenus de manifester les chrétiens doit les pousser non à divorcer, mais plutôt à s’occuper de ce conjoint avec bonté (Ép 5:28-31). La Bible n’octroie pas non plus aux chrétiens le droit de divorcer à cause de divergences d’opinions religieuses ; elle montre au contraire qu’en demeurant avec le conjoint incroyant le chrétien peut le gagner à la foi véritable. — 1Co 7:12-16 ; 1P 3:1-7.

Dans son Sermon sur la montagne, Jésus dit : “ Tout homme qui divorce d’avec sa femme — excepté pour cause de fornication — l’expose à devenir adultère, et celui qui se marie avec une femme divorcée commet l’adultère. ” (Mt 5:32). Par ces paroles, Christ montrait que si un mari divorce d’avec sa femme pour des motifs autres que parce qu’elle a commis la “ fornication ” (pornéïa), il l’expose à devenir adultère par la suite. La raison en est que par un tel divorce la femme non adultère n’est pas validement dégagée de ses liens avec son mari, et elle n’est donc pas libre de se marier avec un autre homme, d’avoir des rapports sexuels avec un autre mari. Quand Christ dit que quiconque “ se marie avec une femme divorcée commet l’adultère ”, il parlait d’une femme divorcée pour autre chose que “ pour cause de fornication ” (pornéïa). Une telle femme, bien que divorcée légalement, ne le serait pas bibliquement.

Tout comme Matthieu (19:3-9), Marc mit par écrit les déclarations de Jésus aux Pharisiens concernant le divorce. Il cita ces paroles du Christ : “ Quiconque divorce d’avec sa femme et se marie avec une autre commet l’adultère contre elle, et si jamais une femme, après avoir divorcé d’avec son mari, épouse un autre homme, elle commet l’adultère. ” (Mc 10:11, 12). Une déclaration semblable est faite en Luc 16:18, où on lit : “ Tout homme qui divorce d’avec sa femme et se marie avec une autre commet l’adultère, et celui qui se marie avec une femme divorcée d’avec le mari commet l’adultère. ” Sortis de leur contexte, ces versets semblent interdire tout divorce aux disciples de Christ, ou, à tout le moins, laisser entendre qu’un divorcé n’est pas autorisé à se remarier, sauf après le décès du conjoint dont il a divorcé. Mais les paroles de Jésus consignées par Marc et Luc doivent être comprises à la lumière de la déclaration plus complète rapportée par Matthieu. Ce dernier précise “ sauf pour motif de fornication ” (Mt 19:9 ; voir aussi Mt 5:32), ce qui montre que les paroles de Jésus citées par Marc et Luc s’appliquent dans le cas où le motif pour obtenir le divorce est autre que “ la fornication ” (pornéïa) commise par le conjoint infidèle.

Toutefois, les Écritures n’obligent pas un mari ou une femme à divorcer d’avec son conjoint adultère mais repentant. Le chrétien, ou la chrétienne, peut se montrer miséricordieux, à l’exemple d’Hoshéa, qui semble avoir repris Gomer, sa femme adultère, et de Jéhovah, qui témoigna de la miséricorde à l’égard de la nation repentante d’Israël qui s’était rendue coupable d’adultère spirituel. — Ho 3.

Les normes divines originelles sont rétablies. Il est clair que la déclaration de Jésus Christ marqua un retour aux normes élevées concernant le mariage que Jéhovah Dieu avait instituées à l’origine, et elle montra que ceux qui deviendraient disciples de Jésus devraient respecter ces normes élevées. Bien que les concessions faites par la Loi mosaïque fussent encore valides, ceux qui devenaient de vrais disciples de Jésus, qui faisaient la volonté de son Père et ‘ faisaient ’ ou mettaient en pratique les paroles de Jésus (Mt 7:21-29), ceux-là ne profiteraient plus de ces concessions pour agir avec “ dureté de cœur ” envers leur conjoint (Mt 19:8). Les disciples authentiques n’allaient pas violer les principes divins relatifs au mariage que Dieu avait définis à l’origine et divorcer d’avec leur conjoint pour des motifs autres que celui précisé par Jésus, à savoir la “ fornication ” (pornéïa).

Le célibataire qui commet la fornication avec une prostituée devient “ un seul corps ” avec cette personne. De même l’adultère devient “ un seul corps ”, non avec sa femme légitime, mais avec la personne immorale avec laquelle il a des rapports sexuels. Ainsi, l’adultère pèche non seulement contre sa propre chair, mais aussi contre sa femme légitime qui jusqu’alors était “ une seule chair ” avec lui (1Co 6:16-18). C’est pourquoi l’adultère donne une vraie raison de rompre le lien conjugal en accord avec les principes divins. Un divorce obtenu sur ce motif entraîne la dissolution officielle et définitive de l’union légale et rend le conjoint innocent libre de se remarier en tout bien tout honneur. — Hé 13:4.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 27 mai 2008 17:26

Message par Zouzouspetals

Nhoj, je n'invente pas "des trucs" que je voudrais vous voir appliquer.
J'essaye de vous montrer que, entre la théorie et la pratique, il y a parfois un monde.

En outre, vous n'arrêtez pas de lier le divorce à l'adultère : adultère comme seul motif valable de divorce, remariage assimilé à un adultère. Or, la plupart des gens qui divorcent aujourd'hui ne le font pas pour ce motif.
(Ce n'était d'ailleurs pas le motif invoqué dans la question originelle de ce fil).

Car, aujourd'hui, la loi de notre pays reconnaît le divorce par consentement mutuel, ce qui n'était pas le cas à l'époque de Jésus. Combien de divorces étaient demandés par l'épouse, au temps de Jésus ? Combien de couples décidaient d'un commun accord de se séparer ?

Je ne suis pas en train de vous faire l'apologie du divorce, comme solution simple à tous les problèmes de couple. Mais je ne crois pas non plus que, dans un pays où l'on peut divorcer par consentement mutuel, tout Témoin de Jéhovah divorcé qui se remarie le doive à un adultère. Et je ne crois pas que les anciens contrôlent à ce point la "validité" de chaque mariage.

Encore une fois, entre ce que l'on doit faire et ce que l'on fait vraiment, il y a parfois un monde.
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 28 mai 2008 07:03

Message par Nhoj

Donc d'après toi, on devrait suivre la loi humaine, la consédirant assez pure aux yeux de Dieu ?

Rappel sur le mariage :

(Matthieu 19:4-6) [...] En réponse il dit : “ N’avez-vous pas lu que celui qui les a créés, dès [le] commencement les a faits mâle et femelle, 5 et qu’il a dit : ‘ C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair ’ ? 6 Si bien qu’ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas. ”

(Genèse 2:24) 24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et devra s’attacher à sa femme, et ils devront devenir une seule chair.

Dieu n'a pas prévu que les mariés puissent rompre leurs liens de mariage quand ils trouveraient qu'il ne se conviennent plus.
Et je ne crois pas que les anciens contrôlent à ce point la "validité" de chaque mariage
Arrêtez d'inventer ;-)
Mais je ne crois pas non plus que, dans un pays où l'on peut divorcer par consentement mutuel, tout Témoin de Jéhovah divorcé qui se remarie le doive à un adultère.
Idem.
vous n'arrêtez pas de lier le divorce à l'adultère
Non. Je lie le divorce bibliquement valable sur l'adultère, nuance. :-). Et cela je le fait en me basant sur la Bible, et non sur mes envies, désirs ou envies personnelles.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 28 mai 2008 14:32

Message par Zouzouspetals

Oups.
Modifié en dernier par Zouzouspetals le 28 mai 2008 14:45, modifié 2 fois.
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

Zouzouspetals

Avatar du membre

Messages : 2205
Enregistré le : 23 oct. 2007 14:35
Localisation : Paris, France

Ecrit le 28 mai 2008 14:44

Message par Zouzouspetals

Nhoj, le point de départ de ce fil est une question ayant trait au divorce par consentement mutuel, qui est aujourd'hui le principal motif invoqué par les couples pour mettre fin à leur union.
Il n'a rien à voir avec l'adultère, qui repose sur une trahison, un préjudice que l'un des conjoints fait subir à l'autre.
Vous ne pouvez donc pas appliquer au divorce par consentement mutuel des paroles qui s'appliquent à un divorce pour faute ou à une séparation initiée par un seul des conjoints.

Surtout, vous ne pouvez pas considérer que tout divorcé dont l'union aurait été brisée pour une autre cause que l'adultère, devienne lui-même un adultère en se remariant.

Et vous pouvez encore moins faire d'un tel remariage une cause automatique d'excommunication.

Prenons le cas, banal aujourd'hui, d'un couple de quinquagénaires qui divorcent par consentement mutuel après 25 ans de mariage. La femme ne "refait pas sa vie" et reste seule, mais l'homme se remarie au bout de deux ans. Peu de temps après, la seconde épouse rencontre les Témoins de Jéhovah et entame une étude avec eux, qui la pousse à vouloir se faire baptiser. Avant d'accéder à sa requête, les anciens vont-ils s'enquérir de sa situation matrimoniale ? Vont-ils suggérer à cette femme de quitter celui qu'elle considère comme son époux, car aux yeux de Dieu, il n'est qu'un homme adultère dont elle n'est que la maîtresse et complice ? Cette femme pourra-t-elle devenir Témoin de Jéhovah, alors que, d'après votre interprétation de la Bible, elle continuerait à pratiquer l'adultère avec un homme marié à une autre ?

En Matthieu 19:4-6, Jésus rappelle que le mariage est une institution divine. Cela dit, ce n'est pas Dieu qui apparie les couples, en forçant un homme et une femme à s'unir. C'est leur choix. Donc la Bible identifie la décision commune d'un couple à se marier à l'image d'être attelé au joug par Dieu. Ne pourrait-on pas, par analogie, identifier la décision commune d'un couple à se séparer à l'image d'être délié du joug par Dieu ?
Décision ne se confondant pas avec le fait que l'un des conjoints blesse l'autre, l'abandonne ou le pousse hors du joug commun, attitudes qui elles constituent autant de trahisons inacceptables pour Dieu.

En bref, je pense que, même si ce n'est pas une solution à encourager ou une décision à prendre à la légère, un divorce par consentement mutuel ne rend pas adultère l'époux qui se remarie. Il n'y a donc pas de raison de songer à l'excommunier. Car existe-t-il un adultère par consentement mutuel ?
Ne réponds pas à un homme stupide selon sa sottise, de peur que tu ne deviennes pareil à lui, toi aussi.
Réponds à un homme stupide selon sa sottise, de peur qu’il ne devienne un sage à ses yeux.
(Proverbes 26:4,5, TMN)

VAGNA

Avatar du membre

Messages : 325
Enregistré le : 16 févr. 2008 12:06

Ecrit le 28 mai 2008 14:47

Message par VAGNA

Exode a écrit :vide
Vide? C'est quoi vide?
Image

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 28 mai 2008 16:22

Message par Nhoj

Nhoj, le point de départ de ce fil est une question ayant trait au divorce par consentement mutuel, qui est aujourd'hui le principal motif invoqué par les couples pour mettre fin à leur union.
Il n'a rien à voir avec l'adultère, qui repose sur une trahison, un préjudice que l'un des conjoints fait subir à l'autre.
Hé ben super ! Quand on est coincé on tire la sonnerie d'alarme en disant que ce n'est pas le sujet. :-)

Relisez un peu tout le premier message, particulièrement le dernier paragraphe. Vous verrez que l'adultère est évoqué également. Ceci entre donc dans le cadre de la discussion.
Vous ne pouvez donc pas appliquer au divorce par consentement mutuel des paroles qui s'appliquent à un divorce pour faute ou à une séparation initiée par un seul des conjoints
Justement que si, puisque les paroles bibliques que j'ai citées s'applique à tous les divorces, exceptés ceux pour adultère. Relisez les textes bibliques que j'ai postés plus haut.
Surtout, vous ne pouvez pas considérer que tout divorcé dont l'union aurait été brisée pour une autre cause que l'adultère, devienne lui-même un adultère en se remariant.
Et c'est pourtant ainsi que Dieu considère la chose. Ce n'est pas moi qui dit cela, mais la Bible, la Parole de Dieu. Si vous n'acceptez pas la Bible, ne vous prenez en pas à moi.
Et vous pouvez encore moins faire d'un tel remariage une cause automatique d'excommunication
J'expliquerai ce point plus tard dans mon message, car vous avez sortit ces paroles de leur contexte, ce qui les rend erronées.
Avant d'accéder à sa requête, les anciens vont-ils s'enquérir de sa situation matrimoniale ?
Oui.
Vont-ils suggérer à cette femme de quitter celui qu'elle considère comme son époux, car aux yeux de Dieu, il n'est qu'un homme adultère dont elle n'est que la maîtresse et complice ?
Non, parce que, quand elle a fait cela, elle ignorait les normes divines.
Cette femme pourra-t-elle devenir Témoin de Jéhovah, alors que, d'après votre interprétation de la Bible, elle continuerait à pratiquer l'adultère avec un homme marié à une autre ?
Oui.

(1 Corinthiens 6:9-11) [...] Comment ! Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ? Ne vous égarez pas. Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni hommes qu’on entretient à des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes, 10 ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hériteront du royaume de Dieu. 11 Et pourtant c’est là ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été déclarés justes au nom de notre Seigneur Jésus Christ et avec l’esprit de notre Dieu.

Jéhovah Dieu n'est pas quelqu'un de frigide. La Loi Biblique n'est pas comme les lois humaines, inflexibles, applicables au ridicule.

Le sacrifice de Christ sert à la rédemption des péchés à condition qu'ils aient été confessés à Dieu et que la personne s'en soit sincèrement repentie. Une personne désirant devenir Témoin de Jéhovah malgré le fait qu'elle a divorcée non pour cause d'adultère le pourra. Sa c'est la justice divine, justice que l'on a parfois du mal à saisir tellement l'écart entre Dieu et nous est grand. 1Jean 4:8 dit que Dieu est amour. Le serait-il s'il n'accepterait pas au sein de son peuple une personne qui a commit une faute pareille quand elle ignorait ces commandements ? A ce train là, toute les personnes qui ont commis le moindre péché (c'est à dire tout le monde) ne pourraient pas devenir Témoin de Jéhovah, et ce serait bien ridicule.
Ne pourrait-on pas, par analogie, identifier la décision commune d'un couple à se séparer à l'image d'être délié du joug par Dieu ?
Non.

(Matthieu 19:3-6) [...] Et des Pharisiens s’avancèrent vers lui avec l’intention de le tenter, et disant : “ Est-il permis à un homme de divorcer d’avec sa femme pour n’importe quel motif ? ” 4 En réponse il dit : “ N’avez-vous pas lu que celui qui les a créés, dès [le] commencement les a faits mâle et femelle, 5 et qu’il a dit : ‘ C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux seront une seule chair ’ ? 6 Si bien qu’ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l’homme ne le sépare pas. ”

(Genèse 2:23-24) [...] Alors l’homme dit : “ Celle-ci est enfin l’os de mes os et la chair de ma chair. Celle-ci sera appelée Femme, parce que de l’homme celle-ci a été prise. ” 24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et devra s’attacher à sa femme, et ils devront devenir une seule chair.

(Marc 10:10-12) [...] Quand ils furent de nouveau dans la maison, les disciples se mirent à l’interroger là-dessus. 11 Et il leur dit : “ Quiconque divorce d’avec sa femme et se marie avec une autre commet l’adultère contre elle, 12 et si jamais une femme, après avoir divorcé d’avec son mari, épouse un autre [homme], elle commet l’adultère. ”

La Bible est des plus claires à ce sujet. Aucune analogie n'est à inventer.
un divorce par consentement mutuel ne rend pas adultère l'époux qui se remarie. Il n'y a donc pas de raison de songer à l'excommunier.
C'est ce que tu penses, comme tu dis. Moi je t'ai exposé la pensée de la Bible à ce sujet, mais tu en fais ce que tu en veux, je ne cherche pas à imposer mes idées, mais à exprimer le point de vue biblique à ce sujet.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Avenir

Avatar du membre

Messages : 4
Enregistré le : 22 mai 2008 14:54

Ecrit le 28 mai 2008 16:59

Message par Avenir

Etant l'initiateur de c fil, j'aimerais revenir sur les questions que j'ai posé et les réponses données.

J'essaierai d'être le plus clair possible, car je constate que certaines réponses n'apportent aucun élément nouveau.

AU départ mes questions étaient :


Question n° 1 : Le divorce d'un couple TJ sans motif biblique (fornication) provoque-t-il l'excommunication des 2 ?

Réponse n° 1 : NON.

Question n° 2 : Après avoir divorcé toujours sans motif biblique, ont-ils le droit de se remarier ?

Réponse n° 2 : NON du point de vue biblique, mais les autorités elles, l'autorisent.

Question n° 3 : Toujours dans le même cas, Si un ex-conjoints se marie, est-il excommunié automatiquement ?

Réponse n° 3 : OUI.

Question n° 4 : Toujours dans le même cas, cela libère-t-il le conjoint innocent ?

Réponse n° 4 : OUI. Il peut se remarier sans problème.

Question n° 5 : Toujours dans le même cas, le nouveau conjoint qui lui est TJ, sera-t-il excommunié pour son mariage avec un TJ divorcé (non bibliquement) ?

Réponse n° 5 : Aucune réponse.



A ce niveau là, voici mes remarques :

Je suis septique au niveau de la réponse 3 et je l'ai expliqué par mon 2ème message ainsi :
si il décidait cependant de le faire, je comprends bien qu'il peut être excommunié, mais ce que je ne saisis pas, c'est que l'excommunication doit normalement sanctionner un péché grave (ce qui est le cas puisqu'il s'agira d'un adultère) sans repentir sincère.

or si l'excommunication est systématique, je trouve cela étrange car elle ne tient plus compte de la notion de "repentir".
Zouzouspetals a très bien repris mon point de vue par ses dires suivants :
Ce n'est que lorsque ce TJ légalement divorcé aux yeux de la loi du pays, mais uniquement séparé aux yeux de ses "frères", décidera de se remarier, qu'il sera alors considéré comme adultère. Mais là encore, selon vos procédures disciplinaires, il ne devrait pas être automatiquement excommunié puisqu'il doit pouvoir bénéficier de la possibilité de se repentir de son "péché" ; ce n'est que s'il décide de passer outre qu'il pourra être déclaré "pécheur non repentant" et excommunié.
Or, à ce moment-là, il sera remarié. Et comment un divorcé qui aurait péché en se remariant pourrait-il manifester son repentir sincère ? En divorçant de son nouveau conjoint ?

J'espère que vous comprenez mon souci actuel. Deux questions pour moi restent en suspens et je vous demanderais de ben vouloir y répondre :

1 - Toujours dans le même cas, le nouveau conjoint qui lui est TJ, sera-t-il excommunié pour son mariage avec un TJ divorcé (non bibliquement) ?

2 - Dans ce cas précis (remariage d'un TJ qui a divorcé sans motif biblique valable), pourquoi n'a-t-il pas la possiblité de se repentir pour éviter l'excommunication ? Pourquoi, aux yeux des anciens, l'excommunication serait automatique, alors que normalement, elle doit se faire en dernier recours, si le coupable ne veut pas se repentir ?

Je ne détiens pas la vérité et ne critique nullement la facon de procéder des anciens, je voudrais juste des réponses.

Merci encore.

Avenir.

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 28 mai 2008 17:31

Message par Nhoj

Pour la 1, ce n'est pas automatique. Dieu accepte la repentance. Mais je vais confirmer cela bientôt.

Et pour la 2, je l'ai expliqué dans mon précédent post :roll:
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
En postant, vous acceptez les conditions de la Charte.
Image

Verrouillé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité